ー engel.ac/ Shutterstock.com

L’usine islandaise Orca pourrait bien créer une petite révolution dans le domaine climatique puisqu’il s’agit de la plus grande usine de ce genre au monde. Son ouverture pourrait permettre à d’autres entreprises de mettre au point des usines similaires dans le monde. 

La plus grande usine de ce genre dans le monde

Afin de lutter contre les rejets astronomiques de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère chaque année, certaines solutions existent. Parmi elles, les usines de captage du CO2, principal composant gazeux de l’atmosphère à l’origine du réchauffement climatique, sont mises en place. 

La plus récente se trouve en Islande et a ouvert ses portes – ou plutôt ses ventilateurs – le mercredi 8 septembre. Créée par une start-up suisse (Climeworks) et une société islandaise (CarbFix), cette usine nommée Orca est la plus grande du monde. 

4 000 tonnes de CO2 captées puis stockées chaque année

Sa superficie lui permet de capter puis de stocker jusqu’à 4 000 tonnes de CO2 par an. Un chiffre conséquent par rapport aux quinze autres usines de ce genre dans le monde. D’après les données dévoilées par Futura Sciences, qui rapporte l’information, la quantité de CO2 captée et stockée par ces quinze usines atteint les 9 000 tonnes au total ! Une belle performance donc pour la version islandaise qui, à elle seule, effectuera près de la moitié de la captation du CO2 de ces quinze usines réunies.

Rappelons par ailleurs que les émissions de CO2 atteignaient les 30 milliards de tonnes en 2020. Malgré tout, l’usine de captage Orca est toutefois un bon début, estiment certains. 

Du côté du Texas, l’entreprise américaine Occidental serait quant à elle en train de mettre au point une usine capable de capter un million de tonnes de CO2 par an. 

— NadyGinzburg / Shutterstock.com

Un procédé efficace mais très coûteux

Pour effectuer le captage du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, des ventilateurs aspirent l’air qui traverse ensuite un filtre avant de se retrouver dans un des huit conteneurs. Lorsque ces derniers sont saturés, le dioxyde de carbone, très concentré, sera libéré et isolé par augmentation de la température avant d’être mélangé à de l’eau.  

Une fois ce procédé particulier effectué, le CO2 sera stocké dans le sous-sol, à 1 000 mètres de profondeur. Au bout d’un certain temps, le CO2 se transformera en roche. 

Pour le bon fonctionnement de l’usine et afin de limiter son empreinte carbone, l’usine Orca est alimentée par une centrale géothermique. 

Si ce procédé semble efficace, il est en revanche très coûteux et c’est pour cela que les industriels souhaitent élargir son utilisation dans le monde. Un problème qui pourrait être pallié alors que de plus en plus d’entreprises cherchent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Eurobiol Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Eurobiol
Membre
Eurobiol

Et le coût CO2 de la fabrication et de l’usage de l’usine, on en parle ? LoL