Un linguiste nous éclaire sur une question existentielle : pain au chocolat ou chocolatine ?

Mathieu Avanzi et une équipe de linguistes ont récemment mené une étude très sérieuse sur l’éternel débat entre « pain au chocolat » et « chocolatine ». Les linguistes ont tranché et on vous l’explique dans cet article.

 

L’ÉTERNEL DÉBAT

Oui, il était temps de s’attaquer au principal clivage qui divise les français : doit-on appeler la célèbre viennoiserie chocolatée pain au chocolat ou chocolatine ? Il était temps de trancher cette question, une fois pour toute. Et c’est désormais chose faite !

En effet, grâce à « L’Atlas du Français de nos régions », vous trouverez la réponse à toutes vos questions : toutes les appellations concernant nos objets et nos aliments du quotidien y figurent ! Quand on y regarde de plus près, on se rend compte que les mots, les prononciations et les tournures peuvent énormément varier d’une région à l’autre ! Mathieu Avanzi a écrit le livre qu’il nous fallait et qui satisfait tout le monde.

Ceci est un pain au chocolat

 

TOUTE UNE HISTOIRE

Le pain au chocolat, c’est cette viennoiserie confectionnée avec de la pâte levée feuilletée fourrée au chocolat, comme son nom l’indique. Depuis on ne sait quand, c’est un incroyable clivage qui s’est noué autour de cette excellente viennoiserie. Il y a d’un côté, la majorité du pays qui la nomme « pain au chocolat » et de l’autre, les populations du Sud-Ouest qui l’appellent « chocolatine ».

Depuis deux ans, Mathieu Avanzi et son équipe ont tenté de cartographier assez précisément ces deux zones mais pas seulement puisqu’ils ont souhaité sonder des milliers de personnes sur d’autres mots. Et pour ce faire, ils ont mis en place différents sondages dans lesquels ils ont demandé à des internautes de cocher dans une liste le ou les mots qui correspondent le mieux à ce qu’ils ont l’habitude de dire.

Capture d’écran France 3 Régions, d’après « L’Atlas du français de nos régions ».

 

« Pain au chocolat ou chocolatine ? » : un cas scruté à la loupe

Ainsi, le linguiste a souhaité mettre fin à cette célèbre scission. Les internautes pouvaient donc choisir entre 6 réponses : chocolatine, pain au chocolat, couque au chocolat (comprenez une viennoiserie chez nos voisins belges), croissant au chocolat (de l’allemand Schokoladencroissant), petit pain et petit pain au chocolat.

Cette enquête aura permis une chose : la reconnaissance de la zone d’influence qui utilise le mot « chocolatine », une zone qui reste assez limitée au Sud-Ouest, de La Rochelle à Biarritz, en passant par Toulouse.

Très récemment, une page a même été créée sur Facebook sous le nom de Comité de Défense de la Chocolatine pour que les populations du Sud-Ouest puissent se faire entendre dans le pays. Même si ce débat vient d’être tranché par Mathieu Avanzi, on craint que le combat soit loin d’être fini, notamment sur le front des réseaux sociaux…


Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l’existence

— Léon Blum