— Evan El-Amin / Shutterstock.com

Donald Trump a officiellement quitté la Maison-Blanche, et peu avant cela, il a officiellement été banni de Twitter. Suite à l’éviction de Trump du réseau social, il a été constaté qu’il y a eu une baisse de 73 % de la désinformation sur la plateforme.

Selon une nouvelle étude réalisée par le cabinet de recherche Zignal Labs, le bannissement permanent de l’ancien président Donald Trump sur Twitter a contribué à éliminer de manière significative la désinformation qui polluait le réseau social. Selon un rapport relayé par Washington Post, les fake news sur Twitter et les autres réseaux sociaux ont chuté d’environ 73 % entre le 9 et le 15 janvier. Plus précisément, le nombre de publications contenant des fake news – concernant notamment les allégations de fraude électorale – est passé de 2,5 millions à 688 000.

À noter que si Twitter a été le premier à bannir Trump de sa plateforme, les autres réseaux sociaux n’ont pas tardé à suivre cet exemple. Cela a été le cas de Facebook, Instagram, YouTube, Twitch, Snapchat et même Spotify. Outre l’éviction de Trump, Twitter a également bloqué plusieurs de ses partisans, dont 70 000 comptes affiliés aux théories du complot QAnon. De leur côté, les grands hébergeurs de sites web, comme Google et Amazon, ont décidé de bloquer le réseau social d’extrême droite « Parler » de leurs plateformes.

Si Trump a encore pu utiliser Twitter par le biais du compte de la Maison-Blanche, il n’a désormais plus accès au réseau social étant donné que Joe Biden a officiellement pris le relais en tant que président des États-Unis.

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
GdruetHannibal Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hannibal
Invité
Hannibal

Tout dépend de ce qu’on entend par fake news et qui décrète que c’en sont, sur quels critères… Trump n’en a pas l’apanage, certains démocrates n’ont absolument rien à lui envier.