— Evan El-Amin / Shutterstock.com

Le président Donald Trump est un habitué des déclarations chocs et controversées. Ce lundi 15 juin, il a déclaré qu’il y aurait très peu de cas de coronavirus si les États-Unis arrêtaient leurs tests et la recherche de contacts.

« Si nous arrêtons les tests dès maintenant, nous aurions très peu de cas, en fait », a déclaré le président Donald Trump lors d’une table ronde pour les personnes âgées, comme le rapporte Business Insider. Une déclaration qui s’est doublée d’un tweet le même jour.

« Nos campagnes de dépistage sont tellement plus grandes et plus avancées que tout autre pays (nous avons fait un excellent travail à ce sujet !) qu’elles montrent plus de cas. Sans tests, ou de faibles dépistages, nous ne montrerions presque aucun cas. Le dépistage est une épée à double tranchant – qui nous fait mal paraître, mais c’est bon à avoir !!! »

Pour lui, la diminution de tests réalisés entraînerait moins de cas signalés publiquement. Des déclarations qui rejoignent des propos tenus le mois dernier, lors d’une réunion avec Kim Reynolds, gouverneur de l’Iowa : « Donc, les médias aiment dire que nous avons le plus de cas, mais nous faisons de loin le plus de tests. Si nous faisions très peu de tests, nous n’aurions pas le plus de cas. Donc, d’une certaine manière, en faisant tous ces tests, nous nous faisons mal paraître. » Elle avait ensuite ajouté : « Par exemple, ils pourraient dire que nous en avons plus que la Chine. Je ne pense pas. Que nous en avons plus que d’autres pays. Je ne pense pas. Mais en faisant tous les tests… nous allons avoir plus de cas parce que nous faisons plus de tests. Sinon, vous ne savez pas si vous êtes contaminé. Je pense que c’est une déclaration correcte. »

Carte comparant le nombre quotidien de tests pour chaque nouveau cas confirmé
« La Tunisie, le Rwanda, l’Ouganda, toute l’Europe de l’Ouest (à l’exception de la Suède), la Corée du Sud, le Japon, l’Uruguay et la Thaïlande font tous beaucoup mieux. »

Ces déclarations interviennent alors que plusieurs États du pays font face à des pics de cas confirmés alors qu’ils assouplissent les directives de distanciation sociale et commencent à relancer leur économie. À ce jour, plus de 2,1 millions de personnes aux États-Unis ont été testées positives au virus, selon les données recueillies par l’université Johns-Hopkins. Près de 116 000 Américains sont décédés à cause du virus.

Selon la National Public Radio (NPR), il y a eu une augmentation de 185 % de nouveaux cas en Oklahoma lundi matin par rapport à il y a deux semaines, tandis que la Caroline du Sud et l’Arizona ont respectivement connu des augmentations de 156 % et 145 %. L’Arkansas, l’Oregon, la Floride et le Nevada ont tous connu une augmentation de plus de 100 %, tandis que la Louisiane, l’Alabama, le Tennessee, la Caroline du Nord et l’Utah ont enregistré des augmentations comprises entre 39 et 60 %.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de