La pandémie de Covid-19 a eu un grand nombre d’impacts négatifs sur la vie de beaucoup de gens à travers le monde. Parmi les personnes les plus affectées par les conséquences de la maladie, nous pouvons citer les personnes souffrant de troubles alimentaires, d’anorexie ou de boulimie. Selon une nouvelle étude, le Covid-19 et tout ce qui en a découlé ont empiré leur mal-être.

Les personnes atteintes de troubles alimentaires se sentent comme des fardeaux pour la société

Une étude menée par l’université de Northumbria au Royaume-Uni a révélé que les perturbations de la vie quotidienne dues au confinement et aux mesures de distanciation sociale avaient eu un impact néfaste sur les habitudes alimentaires des gens. Selon leur enquête, 87 % des personnes qu’ils ont interrogées ont déclaré que leurs symptômes avaient empiré durant le confinement. 30 % ont déclaré que leurs symptômes se sont dangereusement aggravés. Au total, l’étude a examiné les données de 129 personnes âgées de 16 à 65 ans et pour la plupart de sexe féminin. Elles ont été interrogées sur l’impact global de la pandémie sur leurs symptômes de troubles du comportement alimentaire (TCA).

Selon le rapport publié dans la revue Journal of Eating Disorders : « Les résultats indiquent des effets néfastes sur le bien-être psychologique, y compris une diminution du sentiment de contrôle, un sentiment accru d’isolement social, une rumination accrue sur les troubles alimentaires et un faible sentiment de soutien social. » Le plus inquiétant concernant ces résultats étant que ces perturbations pourraient avoir des effets durables. Par ailleurs, les scientifiques ont pu déterminer que l’une des principales causes du problème était la réduction de l’accès aux prestations des services de santé.

En effet, certains patients ont expliqué qu’ils ont été libérés prématurément des unités d’hospitalisation ; tandis que d’autres se sont plaints de la suspension de leur traitement. Certains ont également déclaré n’avoir reçu qu’un soutien limité après avoir reçu un diagnostic de trouble de l’alimentation. En conséquence, certains participants à l’étude ont dit qu’ils se sentaient comme un « fardeau » et « oubliés » par le gouvernement et les organismes de santé, qui se sont alors concentrés sur les patients atteints de Covid-19, ont expliqué les chercheurs dans un communiqué de presse.

L’impact du confinement aura des effets durables sur les personnes souffrant de TCA

Par ailleurs, l’un des principaux problèmes des personnes souffrant de troubles alimentaires durant le confinement a été les réseaux sociaux, a rapporté The Conversation. En effet, la couverture médiatique et les publications sur les réseaux sociaux ont également été citées comme source d’anxiété en raison de la préoccupation de la population générale pour la nourriture, la prise de poids et l’exercice. Entre les photos et vidéos de nourriture, les injonctions sur le fait de vivre sainement durant le confinement, les diverses moqueries sur l’impact de la pandémie sur la prise de poids et l’obésité ; tout cela a été une pression supplémentaire pour les personnes atteintes de troubles alimentaires. À cela s’ajoute la culture de la perfection sur ce type de média, renforçant l’insécurité, le stress et la démoralisation chez les personnes sujettes à des troubles mentaux.

Face au problème, les chercheurs ont fait appel aux autorités responsables sur la manière dont ces problèmes devraient être traités. « Nos résultats soulignent que nous ne devons pas sous-estimer la longévité de l’impact de la pandémie », a déclaré le Dr Dawn Branley-Bell qui a participé à l’étude. « Les personnes ayant l’expérience de troubles de l’alimentation connaîtront probablement un effet à long terme de leurs symptômes et leur rétablissement. Il est important que cela soit reconnu par les services de santé, afin d’offrir les ressources nécessaires pour soutenir cette population vulnérable maintenant et sur une base continue », a-t-elle ajouté.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de