Diabète insuline
— Africa Studio / Shutterstock.com

Des chercheurs australiens ont démontré une nouvelle façon de restaurer la production d’insuline dans les cellules du pancréas, impliquant un médicament déjà approuvé pour le traitement de certaines formes de cancer chez l’Homme.

Traiter le diabète avec le composé GSK126

Les niveaux de glucose dans le sang sont régulés par l’insuline, hormone produite dans les cellules bêta du pancréas. Le diabète de type 1, ou diabète insulinodépendant, est une affection caractérisée par la destruction de telles cellules, ce qui se traduit par une production d’insuline faible ou nulle et par la nécessité de procéder à des injections quotidiennes d’insuline pour contrôler la maladie.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Signal Transduction and Targeted Therapy, des chercheurs de l’université Monash ont identifié un nouveau moyen de restaurer la production d’insuline dans le pancréas. Lors d’expériences en laboratoire sur des cellules souches pancréatiques provenant de donneurs atteints de diabète de type 1, l’équipe a pu les activer afin qu’elles commencent à exprimer de l’insuline en les exposant à un composé médicamenteux appelé GSK126.

Fait intrigant, ces cellules progénitrices ne produisent normalement pas d’insuline, mais cette molécule leur a permis de suppléer fonctionnellement aux cellules bêta. Théoriquement, une seule administration de ce type de médicament sur quelques jours pourrait remplacer les injections régulières d’insuline chez les diabétiques.

Diabète
— ilusmedical / Shutterstock.com

Selon l’équipe, ce nouveau traitement potentiel présente des avantages de taille par rapport aux techniques actuellement utilisées ou développées. Bien qu’efficaces, les greffes de pancréas ne peuvent être réalisées que chez un nombre réduit de patients et implique un risque de rejet. D’autres équipes ont également converti des cellules cutanées en cellules souches, utilisées pour produire de nouvelles cellules bêta chez la souris, mais cela implique la prise d’immunosuppresseurs.

Un médicament déjà approuvé pour le traitement du cancer

La nouvelle approche agirait beaucoup plus rapidement et sans nécessiter de chirurgie, mais son principal atout réside dans le fait que le GSK126 soit déjà approuvé aux États-Unis et dans d’autres pays pour traiter le cancer. Son profil de sécurité a été établi dans le cadre d’essais cliniques, ce qui pourrait réduire les obstacles à son utilisation contre le diabète.

« Il reste de nombreuses problématiques à résoudre avant de pouvoir envisager son utilisation clinique pour traiter le diabète », estime Keith Al-Hasani, auteur principal de l’étude. « Des travaux supplémentaires seront nécessaires pour définir les propriétés de ces cellules et établir des protocoles pour les isoler et les développer. La thérapie est encore loin, mais il s’agit d’une étape importante en vue de la conception d’un traitement durable et applicable à tous les types de diabète. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments