Bonne nouvelle pour la planète : le premier train écologique à hydrogène roule en Allemagne

En partie fabriqué en France et assemblé dans une usine allemande d’Alstom, le train Coradia iLint, fonctionnant grâce à une pile à hydrogène, dessert une ligne régulière en Basse-Saxe. Définitivement écolo, celui-ci ne rejette aucun gaz polluant et peut parcourir 1 000 kilomètres avec un seul plein.

Le premier train à hydrogène au monde

Le Coradia iLint est équipé de piles à combustible qui transforme l’hydrogène stocké sur son toit et l’oxygène ambiant en électricité, tandis que ses batteries lithium-ion lui permettent de stocker l’énergie récupérée lors le freinage, afin qu’elle soit réutilisée durant les phases d’accélération. Ce moyen de transport peu bruyant peut transporter 300 passagers à une vitesse maximum de 140 km/h et dispose d’une autonomie impressionnante. Avec un seul plein d’hydrogène (qui ne prend que quelques minutes), l’engin est capable de parcourir 1 000 kilomètres, une autonomie équivalente à celle des trains fonctionnant au diesel.

Stefan Schrank, chef de projet chez Alstom, précise que « le train à hydrogène est un peu plus cher à l’achat qu’un train diesel, mais son exploitation se révèle largement moins coûteuse », tandis qu’Olaf Lies, ministre des Transports de Basse-Saxe voit en ce procédé écologique « la solution idéale pour protéger l’environnement et révolutionner les secteurs de l’énergie et des transports ». Dès 2021, les deux rames actuellement en service seront rejointes par quatorze autres trains à hydrogène.

 

Un TER hybride arrivera en France en 2021

Plusieurs régions françaises se sont déjà portées candidates pour d’accueillir ce type de moyen de transport écologique dans les années à venir. Mais comme c’est déjà le cas pour le développement des voiture à hydrogène, notre pays souffre d’un sérieux retard dans ce domaine, en dépit du fait que de nombreuses entreprises françaises, comme Air Liquide, Total ou Alstom, proposent d’ores et déjà des solutions efficaces pour faciliter le déploiement de tels dispositifs.

La moitié du réseau ferroviaire français n’étant pas électrifiée, celui-ci serait potentiellement éligible pour le déploiement de trains à hydrogène dans un avenir proche. Comme l’a précisé Benoît Simian, député chargé de coordonner la transition écologique du parc ferroviaire français : « Passer à l’hydrogène couterait quatre fois moins cher que l’électrification et pourrait contribuer à pérenniser certaines petites lignes ».

En France toujours, Alstom vient d’annoncer un partenariat avec la SNCF afin de mettre en service un TER hybride offrant une consommation d’énergie réduite de 20 % d’ici trois ans.

© Youtube

L’araignée, Stegodyphus lineatus, donne naissance à ses petits et se liquéfie afin qu’ils puissent la dévorer

— @DailyGeekShow