Au Royaume-Uni, plusieurs tours 5G ont vraisemblablement été incendiées suite à la diffusion de théories conspirationnistes sur les réseaux sociaux, liant l’épidémie mondiale de Covid-19 au déploiement de cette technologie.

« Il n’existe aucun lien avéré entre la 5G et la propagation du coronavirus »

Récemment, la BBC rapportait que plusieurs tours 5G avaient été incendiées à Birmingham, Liverpool et Melling. Interrogé à ce sujet, Everything Everywhere, opérateur de télécommunications britannique les exploitant, a déclaré que le fait de « supprimer délibérément la connectivité mobile à un moment où les gens en ont plus que jamais besoin pour rester en contact, était une chose imprudente et dangereuse ». Il s’agirait vraisemblablement de l’œuvre de militants anti-5G, adhérant aux théories conspirationnistes liant le déploiement de cette technologie à la propagation du Covid-19.

L’une de ces théories, qui ont été largement diffusées et relayées sur les réseaux sociaux, affirme que l’épidémie de Covid-19 s’était déclarée à Wuhan suite au déploiement de la 5G, et s’était depuis étendue à d’autres villes utilisant également cette technologie. Des affirmations rapidement démenties par Full Fact, organisme indépendant britannique spécialisé dans le fact checking. Celui-ci estime que cette technologie ne présente pas de risque avéré pour l’homme et souligne que le coronavirus était également largement répandu dans de nombreux pays ne disposant d’aucune couverture 5G, comme l’Iran.

« La principale implication de cette affirmation – à savoir que la 5G peut avoir un impact sur le système immunitaire – est totalement infondée. Il n’existe aucun lien avéré entre la 5G et la propagation du coronavirus », a notamment déclaré l’organisme.

— Republica / Pixabay

Le « pire type de fake news »

Ailleurs au Royaume-Uni, de nombreux ingénieurs en télécommunications sont la cible de menaces de la part des personnes adhérant à ce type de théories. Récemment, une vidéo circulant sur la toile montrait une femme en train d’invectiver deux ouvriers installant un câble dans une rue de Londres. Celle-ci déclarait notamment : « Nous allons tous nous retrouver à l’hôpital sous assistance respiratoire à cause de ce câble. »

À l’occasion d’une récente conférence de presse, le secrétaire d’État Michael Gove a déclaré que ces théories largement diffusées étaient « absurdes et dangereuses », tandis que Steve Powis, directeur du NHS (système de santé publique au Royaume-Uni) s’est dit « scandalisé et dégouté que les gens prennent des mesures contre des infrastructures essentielles pour pouvoir répondre à cette urgence sanitaire ». Ajoutant qu’il s’agissait du « pire type de fake news ».

De son côté, le porte-parole du ministère chargé de la politique des télécommunications au Royaume-Uni a publié un communiqué rappelant notamment les sanctions auxquelles les personnes endommageant des infrastructures clés en période d’urgence nationale s’exposaient. « Ce sont des théories sans fondement, il n’existe aucun lien crédible entre le coronavirus et la 5G. Toute menace ou violence envers les professionnels ainsi que tout dommage causé aux antennes de téléphonie seront punis », était-il par ailleurs précisé.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de