— Ascannio / Shutterstock.com

La guerre entre Donald Trump et l’application de vidéo chinoise TikTok continue. Cette fois-ci, c’est au tout de TikTok et de sa société mère ByteDance de donner des coups, puisqu’ils ont décidé de poursuivre l’administration de Trump en justice. TikTok a notamment fait prévaloir que Trump a suspendu sans justification suffisante le droit de l’entreprise à une procédure régulière.

Une solution de la dernière chance pour Twitter

TikTok a officiellement annoncé son intention de poursuivre l’administration du président américain Donald Trump pour son décret interdisant toutes activités de l’entreprise aux États-Unis. L’entreprise a qualifié cette décision de Trump de prétexte pour alimenter la rhétorique anti-chinoise durant sa campagne présidentielle, a rapporté CNN. La société a également déclaré que le gouvernement américain agissait sans preuve de ces allégations, retirant ainsi les droits dus à l’entreprise de passer par une procédure normale. TikTok a ainsi fait valoir que le décret interdisant l’application « sans préavis ni possibilité d’être entendu » est une violation du cinquième amendement américain.

Par ailleurs, l’application a également déclaré avoir pris des mesures exceptionnelles pour protéger les données des utilisateurs américains, mais que la Maison-Blanche n’en a nullement tenu compte. « Le moment est venu pour nous d’agir », a déclaré TikTok dans un communiqué. « Nous ne prenons pas les poursuites contre le gouvernement à la légère, mais nous estimons que nous n’avons d’autre choix que de prendre des mesures pour protéger nos droits et les droits de notre communauté et de nos employés. »

La contestation judiciaire de TikTok reflète un effort de dernière minute pour empêcher une interdiction imminente de l’administration Trump. En effet, l’entreprise n’a que jusqu’au 20 septembre pour cesser ces activités aux États-Unis. Cette interdiction fait suite à des accusations selon lesquelles le Parti communiste chinois se servirait de l’application pour espionner certains agents et hauts responsables américains. La société mère de l’application – ByteDance a même été accusé de terrorisme, et TikTok a été qualifié de danger pour la nation. Faxe à ces accusations, TikTok s’est défendu en affirmant que la Chine n’avait nullement accès aux données des utilisateurs américains qui sont en fait stockées à Singapour.

La vente des activités américaines de TikTok reste d’actualité

La décision de TikTok de mener l’affaire en justice n’est pas une simple menace puisque le procès a déjà été déposé devant le tribunal du district central de Californie. Pour l’instant, la Maison-Blanche et le Ministère de la Justice américaine ont refusé de commenter l’affaire. À noter que la requête en justice de TikTok ne conteste pas la décision selon laquelle ByteDance doit céder ses actifs américains d’ici le 12 novembre. D’ailleurs, l’entreprise est toujours en pourparlers avec Microsoft et Oracle pour cette vente, a rapporté CNBC.

Par ailleurs, comme le rapporte The Verge, TikTok n’est pas la seule entreprise chinoise à avoir intenté une action en justice contre le gouvernement américain. WeChat, une application de messagerie appartenant au géant chinois Tencent, a également subi d’interdiction de la part de l’administration de Trump. Un groupe d’utilisateurs de l’application a ainsi décidé de lancer une action judiciaire pour une interdiction qu’il juge inconstitutionnelle. Si les entreprises chinoises subissent de plus en plus de pression de la part du gouvernement américain, les géants du numérique américain en profitent pour se faire discrets sur leurs politiques anticoncurrentielles.  

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de