Une découverte incroyable vient d’être faite dans le quartier de Whitechapel à Londres. En effet, des recherches archéologiques auraient révélé les ruines du Red Lion, le théâtre londonien le plus ancien et fondé en 1567, soit l’âge d’or de la période élisabéthaine. Malgré des textes qui le mentionnaient, son emplacement était jusque-là resté mystérieux, inconnu.

Différents théâtres aux destins liés

C’est précisément en 1567 que ce théâtre auraient été créé par un marchand répondant au nom de John Brayne. Nous étions alors en pleine période élisabéthaine. Ce théâtre n’était point la résidence d’une compagnie : de nombreux acteurs différents ont pu fouler la scène extérieure de ce théâtre, dont l’objectif était d’accueillir tous types de troupes, qui faisaient des tournées dans toute la capitale. Ce théâtre n’a cependant pas eu de grands succès puisque de nombreuses archives, datées entre 1567 et 1569, attestent que ce théâtre était sous le coup de différents problèmes judiciaires, notamment entre les constructeurs charpentiers et le propriétaire John Brayne, qui en 1576 a fondé un autre théâtre nommé sobrement The Theater.

Ce deuxième théâtre, qui détient le record de premier théâtre permanent d’Angleterre, était installé à Shoreditch. Il aurait eu bien plus de succès que le premier et il présenta même les premières pièces de Shakespeare dans les années 1590. Mais, à nouveau, John Brayne fit face à des difficultés et eu des problèmes judiciaires. Son second théâtre fut donc démantelé et ses matériaux utilisés pour construire le Globe Theater, mondialement connu comme le théâtre dont Shakespeare était le directeur (sa compagnie y résidait) et situé dans le quartier de Southwark.

Des recherches de longue haleine

Des recherches archéologiques avaient permis de mettre au jour les fondations de The Theater en 2008, mais celles du Red Lion restaient toujours introuvables, dans la mesure où les archéologues ne disposaient d’aucune archive indiquant la situation exacte du Red Lion. Les seules informations qui pouvaient les aider après une analyse de cartes géographiques de l’époque et de documents historiques leur faisaient penser que le Red Lion était situé dans le quartier de Whitechapel (où a par ailleurs sévi Jack l’Éventreur quelques siècles plus tard), sans aucune preuve qui pouvait le confirmer.

Stephen White, directeur des fouilles pour l’Archeology South-East de l’University College London déclare avec émotion que « c’est l’un des sites les plus extraordinaires » sur lesquels il a travaillé. Selon lui, « après près de cinq cents ans, les restes du théâtre Red Lion, qui a marqué l’aube du théâtre élisabéthain, pourraient avoir été trouvés ». Ces recherches de longue haleine avaient commencé en janvier 2019 : une structure en forme de rectangle, très peu commune, avait été retrouvée à Whitechapel. Ses caractéristiques étaient également assez extraordinaires : disposant de 144 morceaux de bois, elle avait une taille de 12,3 mètres par 9,3 mètres.

Une étonnante coïncidence quand on pense que les documents de l’époque qui décrivaient le Red Lion en 1569 déclaraient que la scène mesurait 12,2 mètres par 9,1 mètres pour 1,5 mètre de haut. Mais ce n’est pas tout : autour de la structure en bois, les archéologues ont aussi trouvé des sortes d’ouvertures, qui pourraient être les vestiges des installations faites pour accueillir les spectateurs et pour qu’ils s’assoient. Stephen White estime que « la solidité des preuves combinées – les restes archéologiques des bâtiments, au bon endroit, de la bonne période, tout semble correspondre aux caractéristiques du théâtre mentionnées dans les documents historiques ».

Une théorie qui s’étoffe de jour en jour

Les archéologues rappellent également qu’avant d’être un théâtre, le Red Lion était une ferme-brasserie. Puis, lorsqu’il fut démantelé, il devint une auberge. Or, les trouvailles des archéologues sur le site correspondent une fois de plus à la description du Red Lion, puisque ces derniers ont de surcroît trouvé de nombreuses chopes, pichets et bouteilles, un type de vaisselle très familier aux auberges. La théorie selon laquelle il s’agirait du Red Lion s’étoffe donc de jour en jour, bien que les spécialistes doivent encore continuer les fouilles et analyser les objets découverts.

Emily Gee, directrice régionale pour Londres et le Sud-Est de l’Angleterre de l’organisme Historic England, estime que les objets qu’ils ont trouvés « ont considérablement amélioré notre compréhension des débuts du théâtre anglais« . Elle ajoute : « Nous allons continuer de travailler […] pour interpréter ces restes archéologiques et les exposer afin que le public puisse les comprendre […] et apprécier la riche histoire du site. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de