Avec la sortie de Flight Simulator 2020 sur Xbox et PC, la simulation aérienne a pu conquérir un tout nouveau public. Ainsi, des millions de joueurs ont pu s’adonner à cette pratique, autrefois réservée à un public de niche. Si la plupart des joueurs console jouent avec une manette entre les mains, certains d’entre eux ont opté pour un joystick, voire un yoke (un manche d’avion). Il faut dire que “jouer” à la manette à des simulations aériennes, c’est louper l’essence même du genre : se prendre pour un pilote d’avion. L’entreprise Turtle Beach propose un système de contrôle universel pour Xbox et PC vraiment intéressant : le VelocityOne Flight. Nous avons eu l’opportunité de le tester, et voilà pourquoi nous l’avons beaucoup aimé.

La simulation aérienne pour tous

Le lancement du dernier épisode de Flight Simulator en 2020 a permis à de nombreux joueurs de découvrir le plaisir de la simulation d’avion. Un genre de “jeu” exigeant, parfois peu accessible, mais rendu très ludique par le travail d’Asobo Studio, en charge du développement du titre. Si les plus puristes ne jureront que par des titres comme X-Plane 11 ou DCS (axé sur les avions militaires), Flight Simulator a eu le mérite de démocratiser la simulation aérienne à un public extrêmement large, puisque le titre est sorti à la fois sur Xbox et PC, et qu’il a intégré, dès son lancement, le programme GamePass de Microsoft (abonnement qui permet de jouer à plusieurs centaines de titres).

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Nombreux sont les joueurs qui jouent actuellement à Flight Simulator avec la manette. Si cette dernière permet de contrôler les fonctions de base des aéronefs présents dans la simulation aérienne, elle ne permet cependant pas de s’immerger en profondeur dans l’apprentissage des différents mécanismes présents dans le jeu. Ainsi, si le vol est partie prenante de l’expérience de Flight Simulator, tout ce qui le précède et le suit fait également partie du plaisir de la simulation. Le remplissage et le respect des checklists de mise en marche des moteurs, de décollage ou d’atterrissage sont autant d’étapes importantes de l’expérience. La possibilité de réaliser des mouvements fins avec les aéronefs est également importante pour réaliser des décollages, des vols et des atterrissages dans les règles de l’art.

Les joueurs qui ont été séduits par la promesse de Flight Simulator se tournent, en général, vers l’achat d’un joystick et de manettes des gaz, permettant d’avoir une finesse de contrôle beaucoup plus intéressante. L’achat d’un joystick est ainsi la première étape que franchissent les joueurs pour mieux apprécier la simulation. Il faut dire que ces joysticks sont disponibles à des prix plutôt attractifs, et permettent de commencer à apprécier la simulation aérienne à sa juste valeur. Mais le contrôle au joystick montre rapidement ses limites. En effet, dans la réalité, de nombreux avions ne se contrôlent pas avec un joystick, mais avec un manche, appelé “yoke”.

Jouer avec un yoke : bienvenue dans une autre dimension

C’est là qu’intervient le VelocityOne Flight, de Turtle Beach. Ce yoke, disponible actuellement à 379,99 € et compatible avec les consoles Xbox One, Xbox Series S, Xbox Series X et PC, dispose de nombreuses qualités, qui font de lui l’une des références pour ceux qui souhaitent se lancer à fond dans la simulation aérienne. Si d’autres yokes plus haut de gamme existent, comme les produits de la marque Honeycomb, par exemple, ou d’autres produits encore plus chers, le VelocityOne Flight a le mérite d’intégrer de nombreuses fonctionnalités pour un prix raisonnable.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Une grande facilité d’installation et d’utilisation

Le VelocityOne Flight de chez Turtle Beach se présente comme un manche d’avion, accompagné d’un système de contrôle pour la gestion de la puissance. La connexion du VelocityOne Flight est vraiment simple, puisque vous n’aurez qu’à télécharger un petit logiciel sur Xbox et sur PC pour mettre à jour votre appareil et jouer avec. Il est reconnu directement pas la Xbox, ce qui est très pratique.

L’un des points fort du VelocityOne Flight est sa facilité d’utilisation. Ainsi, lorsque vous le branchez à Flight Simulator 2020, il est automatiquement reconnu et différents profils de touches sont déjà pré-enregistrés dans la simulation. En fonction de l’appareil que vous souhaitez piloter, des profils sont ainsi déjà pré-établis, ce qui vous permet de gagner un temps de configuration et de vous amuser rapidement. Le produit est également livré avec un guide d’utilisation très clair permettant de voir en un coup d’oeil les différentes actions assignées aux multiples boutons de l’appareil.

Du côté de la fixation de l’appareil sur votre bureau, Turtle Beach a intégré un système de fixation très pratique et solide. Il vous suffit de retirer le capot situé sur la surface supérieure du manche et vous y découvrirez une clé Allen permettant d’attacher en quelques secondes et de manière très sûre le manche sur votre bureau. Si vous ne souhaitez pas utiliser ce système de fixation, ou que votre bureau est trop épais (nous avons testé avec un bureau assez épais et le système de fixation fonctionne parfaitement), vous pouvez toujours opter pour des bandes collantes à fixer sous l’appareil, lui permettant de rester stable lors de l’utilisation.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Un manche réaliste et agréable

La partie manche du VelocityOne Flight dispose de nombreux boutons (ceux de la manette Xbox) disposés de manière intelligente. Sous vos pouces, vous avez accès à deux joysticks, très pratiques pour bouger votre regard dans la simulation et accéder à différentes vues enregistrées. Juste en dessous de ces joysticks, deux petits chapeaux permettent d’accéder à des fonctions supplémentaires, que vous pourrez configurer comme vous le souhaitez. Deux petits boutons, situés de part et d’autre des joysticks, permettent aussi de configurer des actions rapides, comme le recentrage de la vue et le basculement de la vue intérieure/extérieure, par exemple. Enfin, des gâchettes sont présentes à l’arrière du manche, permettant, par exemple, de faire bouger votre aileron arrière si vous n’avez pas de pédalier dans votre installation.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Lors de l’utilisation, nous avons trouvé ce manche très agréable à utiliser. Les commandes répondent bien, les boutons sont facilement trouvables sous les doigts. Nous avons simplement remarqué que lors de nos premières minutes de jeu, le manche résistait un peu par à-coups à nos mouvements avant et arrière. Pas très pratique pour réaliser des décollages et des atterrissages fluides. Cependant, à force d’utilisation, l’axe s’est peu à peu amélioré, permettant finalement une plus grande précision. L’une des qualités du VelocityOne Flight est de pouvoir s’orienter à 90 degrés de chaque côté, ce qui n’est pas forcément le cas pour tous les yokes du marché.

Cette partie manche comporte également un panneau lumineux présentant différentes informations utiles comme les différentes alertes en cas de problème sur votre appareil. Malheureusement, à l’heure ou nous écrivons ces lignes, cette partie lumineuse n’est pas fonctionnelle sur Xbox, puisqu’il faut télécharger un autre logiciel sur PC pour la faire fonctionner. On espère une mise à jour de la part de Microsoft, permettant de proposer cette fonctionnalité aux joueurs Xbox.

Au milieu du manche se trouve un écran avec différents menus, permettant de configurer le choix des lumières et la puissance de ces dernières entre différentes couleurs. Il vous permet aussi d’accéder aux différents profils de contrôles pré-enregistrés, et d’accéder à un chronomètre rapidement. Pratique si vous souhaitez réaliser des vols en VFR, impliquant une gestion du temps et un chronométrage assez précis dans vos évolutions aériennes.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Un système configurable à l’infini

À droite de la partie manche, on retrouve tout ce qui touche à la gestion de la puissance des aéronefs, avec pas moins de 7 axes à utiliser. Trois axes orientés horizontalement (noir pour le régime moteur, bleu pour le pas de l’hélice et rouge pour la richesse du mélange) et quatre leviers orientés sur le dessus de l’appareil. Ces différents axes peuvent être configurés en fonction de l’appareil que vous utilisez.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Ainsi, si pour des petits avions comme le Robin DR-400 ou le Cessna 152 vous utiliserez les leviers horizontaux, il n’en sera pas de même lorsque vous piloterez des avions de ligne comme le Boeing 787 ou vous pourrez configurer les autres leviers pour gérer la puissance des différents moteurs. Différents embouts de couleur sont également livrés, pour coller au maximum avec les vrais axes présents dans les avions dans la réalité. Si les leviers de puissance horizontaux sont très agréable à utiliser, on regrettera le manque de résistance au niveau des leviers situés sur la partie supérieure. Ainsi, il n’est pas rare de les faire bouger par inadvertance simplement en les effleurant avec la main.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show
© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

En plus de la gestion de la puissance, 12 boutons programmables sont également disposés sur cette partie droite du VelocityOne Flight, que vous pourrez assigner à différentes actions comme la gestion des lumières, la sortie ou la rentrée des volets ou du train d’atterrissage. Cerise sur le gâteau, une fois que vous avez trouvé la configuration qui vous convient, vous pourrez même coller des petits autocollants présents dans la boîte. Très pratique si vous avez du mal à vous souvenir de la configuration de vos boutons. Enfin, une roue permettant de compenser l’avion est également présente.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Verdict : le VelocityOne Flight est une vraie réussite

Avec son système de contrôle complet, le VelocityOne Flight permet de profiter à fond de Flight Simulator. C’est en l’utilisant qu’on se rend compte des limitations et du manque de réalisme de l’utilisation d’un simple joystick pour la simulation aérienne. La qualité globale de l’appareil et des différents matériaux qui le composent est très satisfaisante et l’utilisation de ce VelocityOne Flight est très agréable, notamment par sa facilité d’utilisation. Malgré un manque de résistance dans certains leviers et le panneau de contrôle inactif pour les joueurs Xbox, nous ne pouvons que conseiller aux mordus de simulation ainsi qu’à ceux qui veulent découvrir cet univers passionnant de franchir le pas et de s’offrir ce VelocityOne Flight qui, nous en sommes certains, leur fera atteindre le septième ciel.

© Bertrand-Noël Roch / Daily Geek Show

Test réalisé sur console Xbox Series X avec un VelocityOne Flight envoyé par Turtle Beach à la rédaction du Daily Geek Show. Cet article n’a pas été sponsorisé. Cet article comporte un lien d’affiliation vers le produit testé, le Daily Geek Show touchera une commission sur chaque vente réalisée via ce lien.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments