― Cryptographer / Shutterstock.com

La France est déconfinée depuis plusieurs semaines. Cependant, cela ne signifie pas que la pandémie est partie. Ainsi, certaines pratiques sont toujours nécessaires. Depuis fin juillet dernier, les Français peuvent se faire tester gratuitement et sans ordonnance pour savoir s’ils ont contracté le coronavirus. En revanche, il faut attendre plusieurs jours pour obtenir les résultats. Certains laboratoires en profitent donc pour proposer des tests PCR rapides pour la somme de 100 euros.

Les cliniques profitent de la situation pour gagner plus d’argent

Europe 1 rapporte que plusieurs laboratoires localisés en France proposent des tests payants pour des résultats plus rapides. Un laboratoire situé à Paris demanderait 96 euros pour des résultats en mois de 48 heures tandis qu’un centre situé en Seine-Saint-Denis demanderait 100 euros pour des résultats en moins d’une heure. Les employés du centre indiqueraient aux patients qu’ils n’obtiendraient pas les résultats avant 24 heures minimum s’ils refusaient de payer cette somme.

Une patiente sur le point de partir en voyage témoigne qu’on lui a proposé de payer 100 euros pour obtenir ses résultats très rapidement. Cependant, cette dernière a préféré repousser son départ au lieu de débourser cette somme pour une réponse plus rapide. En revanche, d’autres patients ont préféré céder à la tentation. Une infirmière dont le départ pour l’Afrique est prévu dans quelques jours a notamment expliqué qu’elle n’allait pas attendre et faire la queue pour n’avoir un résultat qu’une semaine plus tard.

Interrogé par BFMTV, Grégoire Oghina, médecin biologiste et co-directeur d’un laboratoire à Saint-Denis, a reconnu qu’ils réclament bien de l’argent contre des résultats rapides. « On a une demande très particulière de personnes qui veulent voyager et qui sont prises à la gorge parce que leur vol est dans quelques heures seulement, ils ne peuvent pas attendre. Nous avons dans notre laboratoire deux techniques : celle des tests PCR classiques qui prend 24 heures et un test unitaire qui dure 30 minutes. On peut le faire ponctuellement à des personnes qui en ont besoin », a-t-il expliqué, ajoutant que les tests payants se faisaient avec le consentement des patients.

Une pratique illégale

Le ministère de la Santé souligne bien que cette pratique est totalement illégale. La semaine dernière, le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé que tous les tests PCR réalisés dans l’Hexagone sont entièrement pris en charge par l’Assurance-maladie depuis fin juillet. « Le fait de faire payer l’accès facilité à un test va à l’encontre de la politique de test menée en France. Face à l’épidémie, l’heure est à la solidarité et à la responsabilité, pas au chacun pour soi », a-t-il déclaré.

Pour mettre un terme à cette pratique, il promet qu’une enquête sera menée par les autorités compétentes. De son côté, la biologiste médicale Stéphanie Haïm Boukobza pense qu’il est plutôt nécessaire de changer la politique des tests. Elle explique que l’on peut faire environ un million de tests par semaine. Or, prioriser ces tests pour des personnes qui en ont vraiment besoin pourrait être la solution au problème.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de