© Missione Archeologica italiana in Pakistan ISMEO/UNIVERSITA’ CA’ FOSCARI VENEZIA

Les archéologues ont récemment déclaré avoir découvert l’un des plus grands et anciens temples bouddhistes. Celui-ci aurait été construit quelques centaines d’années après la mort du père fondateur du bouddhisme, Siddhārtha Gautama. Le temple se situe dans la vallée de Swat, dans le nord du Pakistan. Ce territoire fait partie des anciennes régions ayant été conquises par Alexandre le Grand. Cela a engendré un mélange de croyances parmi lesquelles se trouvent le bouddhisme et le culte des dieux grecs. Les archéologues estiment que la construction de ce temple a été faite entre le IIe et le IIIe siècle avant J.-C.

L’histoire du temple

Siddhārtha Gautama est connu comme étant l’un des fondateurs de la religion bouddhiste. Il a vécu en Inde et au Népal entre 563 et 483 avant J.-C. Quelque temps après sa mort, les croyants ont commencé à construire un temple afin de prêcher la religion.

Les vestiges de ce temple ont été retrouvés dans la ville de Barikot. Selon les archéologues, le temple mesurait plus de 3 mètres de haut. Il comportait une plateforme cérémonielle, surmontée d’une structure cylindrique. La totalité du temple avait la forme d’un dôme appelé stupa.

Les archéologues affirment que le temple aurait connu plusieurs modifications au cours des années. Au début, il avait un stupa plus petit. Le temple était aussi composé d’une cellule destinée au moine, avec un escalier et un podium incrusté d’un pilier monumental. Il a donc un design à la fois moderne et ancien.

Une découverte qui fait désormais partie du patrimoine culturel

Ce temple a été le premier et le plus ancien à avoir été découvert par les archéologues. En effet, ils ont commencé à fouiller le site en 1984 et les vrais travaux ont commencé en 1955. Au vu de cette immense découverte, ils ont maintenant pour mission de préserver le temple et d’essayer de le rénover.

Par conséquent, les archéologues ont établi une équipe qui se charge spécialement de la surveillance du site afin de protéger le temple de tout archéologue clandestin qui voudrait voler les objets sacrés et les mettre en vente sur le marché noir ou chez les antiquaires, indique un communiqué.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
louis
louis
3 mois

si c’est comme en egypte ils fabriquent des vrais faux