Le tabagisme est à l’origine de millions de décès chaque année dans le monde. Une étude menée par les chercheurs britanniques du George Institute for Global Health, publiée dans le Journal of American Heart Association, indique que commencer à fumer jeune multiplie par trois les risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire. Cependant, arrêter avant quarante ans diminuerait ce risque de 90 %.

L’âge, un paramètre important à prendre en compte

Les personnes qui arrêtent de fumer avant 40 ans ont 90 % de chances en moins d’avoir une maladie cardiovasculaire. C’est ce que révèle une étude publié dans le Journal of the American Heart Association. « L’âge auquel une personne commence à fumer est un facteur important et souvent négligé, et ceux qui commencent à fumer à un jeune âge courent un risque particulièrement élevé de mourir prématurément d’une maladie cardiovasculaire », a indiqué Blake Thomson, l’auteur principal de l’étude. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données portant sur 391 000 adultes américains entre 1997 et 2014. Parmi les participants, 58 % sont des non-fumeurs, 23 % sont d’anciens fumeurs et 19 % sont des fumeurs. Pour ceux qui consomment des cigarettes, 2 % ont commencé avant l’âge de dix ans et 19 % entre dix et quatorze ans.

Au cours de cette période, 4 479 participants sont décédés avant l’âge de soixante-quinze ans d’une maladie cardiovasculaire. Mais selon les résultats de l’étude, arrêter de fumer plus tôt diminuerait les risques cardiaques. Le risque de décès d’une maladie cardiovasculaire est effectivement multiplié par 1,2 pour un arrêt entre 35 et 44 ans, par 1,6 entre 45 et 54 ans et par 1,7 entre 55 et 64 ans. Quant à ceux qui arrêtent entre 15 et 34 ans, le risque est identique aux non-fumeurs. Et Commencer à fumer avant 15 ans multiplie le risque de mortalité cardiovasculaire par 3.

« Le fait d’arrêter de fumer à tout âge est associé à un risque sensiblement plus faible que celui de continuer à fumer, la réduction du risque étant la plus importante chez ceux qui avaient arrêté avant 40 ans », ont indiqué les chercheurs.

— Peter Hansen / Shutterstock.com

En France, un séjour hospitalier pour maladie cardiovasculaire sur cinq est dû au tabac

Le bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France rappelait cette année que le quart de la population française fume quotidiennement. Avec un si grand nombre de fumeurs, un séjour hospitalier pour maladie cardiovasculaire sur cinq est lié à une consommation de tabac. Les chercheurs estiment qu’une diminution de 4 % de la proportion des fumeurs français pourrait éviter 26 000 hospitalisations par année.

Pour Blake Thomson, empêcher les générations à venir de fumeur pourrait sauver de nombreuses vies. « Empêcher la prochaine génération de fumer peut sauver des vies, mais nous devons également souligner que cesser de fumer peut sauver des vies maintenant et dans les années à venir. En termes simples, les politiques de santé devraient communiquer clairement sur les avantages d’arrêter aussi jeune que possible », a-t-il conclu.

― sruilk / Shutterstock.com

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
HervéJ Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Gik5urfer
Membre
Gik5urfer

Outre l’interêt évident pour la santé d’arrêter de fumer, notamment avant 40 comme expliqué ici, c’est aussi une composante économique. Collective, si on considère les économies de frais d’hospitalisation, et aussi individuelle, car c’est un budget de fumer ! J’ai utilisé cet outil pour estimer ça https://calculs.en-pratique.fr/combien-coute-fumer.html et c’est assez… Lire la suite »