Les mystérieux sursauts radio rapides provenant de l’espace lointain intriguent les astronomes depuis des années. Alors que les scientifiques estimaient que le signal FRB 121102 se répétait aléatoirement, cette nouvelle étude internationale montre que celui-ci possède en réalité une activité cyclique, pouvant contribuer à en révéler l’origine.

Un signal provenant d’une galaxie naine située à environ 3 milliards d’années-lumière

Observés pour la première fois en 2007, les sursauts radio rapides (FRB) sont des impulsions cosmiques particulièrement intenses ne durant généralement que quelques millisecondes. Bien que nombre de ces évènements apparaissent de manière ponctuelle, comme ce fut récemment le cas avec le premier signal de ce type émanant de la Voie lactée, d’autres se répètent de façon aléatoire.

C’est du moins ce que les astronomes pensaient jusqu’à récemment pour le signal FRB 121102, découvert en 2012 et associé à un objet visible situé dans une galaxie naine située à quelque trois milliards d’années-lumière de la Terre.

Dans le cadre de cette nouvelle recherche présentée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, une équipe internationale d’astronomes a étudié 32 rafales radio détectées au cours d’une période d’observation de quatre ans, ainsi que des données provenant d’études antérieures à l’évènement, et déterminé que l’activité de FRB 121102 suivait en réalité un schéma cyclique. Ses sursauts radio interviennent dans un laps de temps de 90 jours suivis d’un silence de 67 jours, soit une activité se répétant selon un cycle de 157 jours.

Illustration du premier sursaut radio rapide détecté en 2007 – © Psr1909 / Wikimedia Creative Commons

Le second FRB connu possédant une activité cyclique

Ce n’est que la seconde fois qu’un schéma cyclique est identifié pour un FRB. En janvier dernier, des chercheurs de l’université Cornell avaient annoncé avoir identifié une source située à environ un demi-milliard d’années-lumière de la Terre pour le FRB 180916, dont l’activité se répétait selon un cycle de 16 jours, avec des sursauts radio intervenant sur une période de 4 jours, suivis d’un silence de 12 jours. Bien évidemment, de telles disparités concernant la durée de ces cycles soulèvent de nouvelles interrogations concernant les phénomènes à l’origine de ces signaux.

Selon les auteurs de cette nouvelle étude, leur caractère périodique pourrait être lié aux mouvements orbitaux d’objets célestes tels que les étoiles, les étoiles à neutrons et les trous noirs. Une piste vraisemblablement appuyée par le fait que les émissions de FRB 121102 sont extrêmement tordues et polarisées, ce qui suggère la présence d’un trou noir massif à proximité.

« Cette découverte passionnante met en évidence le peu de connaissances que nous avons sur l’origine des FRB », souligne Duncan Lorimer, auteur principal de l’étude. « D’autres observations sur un plus grand nombre de FRB seront toutefois nécessaires afin d’obtenir une image plus claire de ces sources périodiques et élucider leur origine. »

— Thaiview / Shutterstock.com

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Les petits hommes verts existent!