En Nouvelle-Zélande, dans la grande ville de Christchurch, un supermarché a supprimé l’ensemble des emballages plastiques pour les fruits et légumes. Résultat : les clients sont plus que conquis et les ventes de certains légumes ont augmenté de 300 %.

 

Quel pari a fait ce supermarché ?

Les emballages plastiques fleurissent dans nos supermarchés. Le pire, c’est qu’ils sont utilisés pour des aliments qui n’en ont absolument pas besoin, comme les fruits et légumes par exemple. Ils sont protégés par une enveloppe naturelle, leur peau, qui a le mérite d’être biodégradable contrairement aux tonnes de plastiques qui polluent l’environnement chaque année. Aujourd’hui, on estime que le plastique recouvre 1,6 millions de kilomètres carré dans l’océan, ce qui lui vaut le surnom de “septième continent”.

Dans cette situation problématique, certains tentent d’agir. Le supermarché New World de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a lancé l’opération “Food in the nude”, littéralement “nourriture nue”. Ainsi, le magasin a supprimé l’ensemble des emballages plastiques pour les fruits et légumes.

Nigel Bond, propriétaire du supermarché a hésité avant de sauter le pas. Il savait forcément que l’impact serait positif pour l’environnement, mais il se demandait s’il le serait pour son magasin. Les clients habitués aux emballages plastiques auraient pu, par exemple, avoir des réactions négatives. Il se posait alors une question simple : est-ce qu’il est vraiment dans l’intérêt des supermarchés de supprimer les emballages plastiques ?

 

Quels sont les résultats ?

Et bien, Nigel Bond a eu sa réponse. Les résultats sont plus que positifs pour le magasin. « Lorsque nous avons installé les nouveaux étals, les clients ont été époustouflés. Cela m’a rappelé que, lorsque j’étais enfant et que j’allais chez le primeur avec mon père, je pouvais sentir les agrumes frais et les oignons nouveaux. En emballant les produits dans du plastique, nous privions les gens de cette expérience », a t-il expliqué au journal Néo-Zélandais New Zealand Herald.

Les clients du magasin ont apprécié “Food in the nude”, ils ont trouvé que les odeurs étaient meilleures, que le magasin était plus beau et authentique. Ces réactions positives se sont forcément ressenties dans les ventes, qui se sont multipliées. Certaines variétés de légumes comme les oignons verts, la betterave argentée ou encore les radis, ont vu leurs ventes augmentées de 300 %. Juste impressionnant. Même si, toutefois, Nigel Bond explique que d’autres facteurs sont sans doute liés.

« Lorsque vous entreprenez de tels projets, ils peuvent être catastrophiques et entraîner un recul de la clientèle. Ça fait trente ans que je suis dans la grande distribution et c’est ce petit changement qui a provoqué, chez les clients, les réactions les plus positives que j’ai jamais reçues », ajoute le patron du magasin. Renoncer aux emballages plastiques pour des produits qui n’en n’ont nullement besoin semble donc plaire à la clientèle, consciente des enjeux importants liés à la pollution plastique. Au vu de cette réussite, de nombreux supermarchés de cette région Néo-Zélandaise ont également tenté l’aventure. On espère qu’il en sera de même en France.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de