10 éléments qui font de la franchise Star Trek un classique de la culture geek

Un scénario original, des personnages bien développés, une longévité hors normes et des millers de fans à travers le monde font de Star Trek l’une des séries de science-fiction les plus passionnantes. L’oeuvre de Gene Roddenberry a inspiré de nombreux films, séries et romans et pour cause, sur bien des points, elle a révolutionné la science-fiction à la télévision. Découvrez 10 faits qui font de Star Trek un classique de la culture geek.

1) Des auteurs de talent

auteurs-trek

Si les dernières séries n’ont pas spécialement reproduit cet exploit, la série originale elle, s’est dotée des meilleurs auteurs de son époque. Theodore Sturgeon, Harlan Ellison, Jerome Bixby, Norman Spinrad, Robert Bloch, Richard Matheson font, en effet, partie des auteurs de Star Trek. Si vous ne connaissez pas leurs noms, sachez qu’ils font partie des auteurs de science-fiction américains les plus connus. Harlan Ellison par exemple, a reçu de nombreux prix pour ses créations qui ont connu de nombreuses adaptations. Comme les autres, il est passé de l’écran au papier à de multiples reprises et a travaillé, au même titre que Jerome Bixby, sur La 5e dimension, puis sur L’Homme de la Terre. Robert Bloch a reçu le prix Edgar Allan Poe pour son travail magistral sur l’affaire du « boucher de Plainfield » dont Hitchcock tira certainement son meilleur film, Psychose. Enfin, Richard Matheson est à l’origine de l’oeuvre « Je suis une légende », adaptée à de nombreuses reprises et notamment en 2007 par Francis Lawrence.

2) Une série en avance sur son temps

nyota

Comme nous vous l’avons déjà expliqué, Star trek est une série progressiste : la série a su inclure très tôt des acteurs d’origines, de sexes et de couleurs différentes en leur offrant des rôles d’égale importance. Nyota Uhura, interprétée par Nichelle Nichols, est une femme noire lieutenant de l’USS Enterprise. Lors de l’annonce de sa présence dans la série, elle fut contactée par Martin Luther King qui l’a implorée de rester dans la série coûte que coûte. Il considérait alors qu’elle pourrait aider la cause des Noirs américains en habituant la population américaine à voir une femme noire à l’écran. Créée et développée en pleine guerre froide, la série originale comprend aussi un membre russe et un membre asiatique.

3) Des limites morales

picard-trek

L’une des forces de l’oeuvre de Roddenberry qu’on ne retrouve pas forcément dans les autres séries de science-fiction, c’est le respect avec lequel les personnages traitent les autres cultures. Depuis les débuts du show, la première règle à bord de l’Enterprise consiste à ne pas interrompre ou interférer avec le développement d’un peuple. Ici, « pouvoir » ne veut pas dire « devoir » et si les personnages ne se privent pas d’entrer en contact avec les autochtones des planètes qu’ils visitent, il est tout de même étonnant de voir des personnages qui se limitent autant, non pas en étant forcés de le faire mais bel et bien par choix.

4) L’utopie de Roddenberry

trek-enterprise

Autre point fort de la série, Star Trek prend place au 23e siècle alors que les Terriens ont, depuis longtemps, dépassé leurs conflits religieux mais aussi la xénophobie, le racisme, le sexisme pour se concentrer sur des choses bien plus constructives. Utopiste, Gene Roddenberry a souhaité construire une histoire qui ne pourrait, en aucun cas, conduire ses personnages à se haïr les uns les autres. Le créateur de la saga a développé cette idée après avoir servi dans l’armée de l’air durant la Seconde Guerre mondiale : ayant assisté aux conflits, il souhaitait avant tout répandre son idée selon laquelle l’humain n’était pas condamné à vivre dans l’horreur.

5) Des allégories pour lutter contre les problèmes de la société

star-trek-culture

Pour une oeuvre de science-fiction, il est toujours difficile de s’attaquer à des problèmes tels que le racisme ou la guerre sans tomber dans le cliché. Traiter de sujets difficiles sur un format limité par le temps et l’argent conduit rapidement à des conclusions maladroites et c’est ce qui a été reproché de nombreuses fois à Star Trek. En choisissant de s’attaquer à la guerre du Vietnam et au racisme ordinaire, la série a tout de même fait des efforts magistraux pour ne pas tomber dans la facilité. A aucun moment Star Trek n’offre de réponses toutes faites au spectateur ou n’affirme qu’une situation n’a que deux aspects : pour Roddenberry, rien n’est jamais noir ou blanc. De plus, aujourd’hui encore, il est toujours possible de faire des parallèles entre les premiers épisodes de la série et notre actualité.

6) Un univers commun à toutes les séries

picard-equipage

Si aujourd’hui il s’agit d’une habitude dans les sagas de science-fiction, Star Trek fut la première franchise à utiliser le même univers pour différentes séries. En effet, malgré les différences de vaisseaux, d’acteurs et de personnages que l’ont peut trouver dans l’héritage de Roddenberry, tous font partie du même monde et sont liés à Starfleet avec les mêmes responsabilités et devoirs. Notons tout de même que Star Trek regroupe 6 séries, 12 films et plus de 100 romans : un véritable exploit !

7) Des personnages, peuples et cultures parfaitement développés

vulcains

Grace aux nombreuses adaptations de Star Trek, il est possible de suivre l’évolution des personnages principaux mais aussi secondaires et de leurs cultures. Nombreux sont les fans de la saga à pouvoir détailler les traits spécifiques des sociétés des Romuliens, Vulcains ou Klingons. En effet, Star Trek a pris le temps de développer les histoires et les changements de culture des différentes espèces rencontrées par l’équipage de l’Enterprise.

8) Une critique de la guerre

gene-roddenberry

Comme expliqué plus tôt, Roddenberry porte la guerre en horreur et cela se ressent tout au long des séries, qu’il s’agisse de l’originale ou des suivantes : que Kirk soit forcé de faire la paix avec ses ennemis ou que le spectateur soit, durant un épisode, plongé au coeur du vaisseau ennemi, tout est fait pour faire comprendre que dans des situations difficiles, même un homme bon peut devenir un monstre. Il ne s’agit pas ici de savoir si la guerre a une raison d’être mais de connaitre les effets néfastes qu’elle peut avoir sur les hommes.

9) Des héros humains

picard-kirk

Un autre point fascinant dans Star Trek et qu’on ne retrouve pas dans d’autres séries, c’est que la création de Roddenberry est tellement vaste et longue qu’on a eu l’occasion de voir vieillir des personnages en même temps que leurs acteurs. Dans une oeuvre faite de races aliens et de vaisseaux spatiaux, voir un homme vieillir naturellement nous rapproche considérablement de lui. Ainsi, Leonard Nimoy (Spock) et William Shatner (Kirk) furent, dès leurs 30 ans, les personnages principaux d’une saga qui, aujourd’hui encore, fait rêver les fans.

10) La découverte de l’univers

planete-star-trek

Il est admis, dans la science-fiction, qu’un personnage se retrouve face à des phénomènes inconnus qui le dépassent et le ramène à sa condition de simple être humain. Voilà un des points majeurs de Star Trek : à de nombreuses reprises l’Enterprise se retrouve face à un trou noir, une planète dangereuse, un astre au comportement surprenant, en bref, des choses que l’homme ne contrôle pas. Si cela ne nous semble pas spécialement original, il est bon de noter qu’au début de la première série, il s’agissait d’une révolution pour le petit écran.

Ajoutez au développement de l’histoire la qualité des acteurs et l’immensité de l’univers de la série et vous obtenez l’une des meilleures séries de science-fiction ayant existé. De 1966 à nos jours, Star Trek n’a de cesse de surprendre de nouveaux spectateurs et de regrouper de nouveaux fans qui apprécient tous, pour une raison différente, la série. Quel est, d’après vous, l’élément qui fait de Star Trek une série classique ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux