Vous pouvez désormais jouer à Sonic en réalité augmentée… via une manette tatouée sur votre bras !

Grâce à la réalité augmentée, le jeu vidéo est entré dans une nouvelle manière de jouer. Si Pokémon GO a ouvert la voie en plaçant nos monstres préférés en pleine nature, un autre héros va s’inviter au plus près des joueurs. Via une manette tatouée sur le bras, il est maintenant possible de jouer à Sonic.

 

Comment un tatouage peut-il permettre de jouer ? 

Chaque jeu en réalité augmentée fonctionne sur un principe. Une application filme le monde réel et y projette des éléments virtuels. Selon la nature du jeu, les objets que l’application veut projeter peuvent être placée de manière libre ou se baser sur un repère.

Dans ce cas, le repère en question est le tatouage et il donne accès, une fois détecté, à un niveau de Sonic the Hedgehog en 3D et en réalité augmentée visible sur smartphone. En prime, cette manette permet de contrôler Sonic. Le tatouage devient donc un vrai jeu dont chacun peut profiter.

 

Le premier Sonic en réalité augmentée

Pour réaliser ce tour de force, son concepteur Olo Sabandija, a dans un premier temps dû recréer le jeu Sonic au format application. Il a pour cela travailler essentiellement sur Unity, moteur de jeu omniprésent dans l’industrie du jeu vidéo. Puis, pour afficher le jeu, il place un écran par-dessus le tatouage. Dès que l’application détecte la « manette », le jeu est projeté en 3D sur l’écran.

Le joueur peut dès cet instant contrôler Sonic via la manette mais aussi déplacer le niveau en bougeant simplement le bras. Comme dans un jeu classique, Sonic peut alors se déplacer ou encore sauter. Les déplacements posent cependant encore problème au créateur car utiliser le bouton « Haut » peut, par inadvertance actionner d’autres touches à cause du mouvement de la main.

 

Une manette Nintendo pour un héros Sega ?

Cela peut paraître insensé de tatouer la manette de la Nes alors que depuis ses débuts, Sonic est la mascotte de Sega. Pourtant ce choix est réfléchi. Pour fonctionner, le moteur de réalité augmentée a besoin d’un repère qui soit à la fois simple et dont le contraste est élevé.

Les manettes Sega étant trop détaillées, son créateur a finalement choisi la manette Nes. Ses formes simples et nettes sont plus faciles à détecter pour la reconnaissance optique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux