medistock / Shutterstock.com

Les progrès en science concernant la modification génétique d’organismes vivants sont impressionnants. Mais, comme toute avancée scientifique, des problèmes éthiques et sociaux se posent… 

Les progrès de la science sont tels qu’une femme enceinte peut savoir, dès la grossesse, si son enfant a des particularités génétiques, notamment une trisomie. Il est possible d’interrompre la grossesse dans certains pays mais, dans le cas présent, cela peut s’apparenter à de l’eugénisme génétique.

En parallèle, les modifications génétiques sur les animaux sont de plus en plus courantes, et font déjà polémique pour des raisons éthiques. Même si, dans certains cas, ces animaux sont modifiés pour aider à lutter contre certaines maladies.

Ces deux mondes peuvent se croiser. On peut envisager la possibilité de modifier génétiquement son enfant afin de prévenir un handicap. Beaucoup de personnes pourraient s’empresser d’accepter, afin d’épargner leurs enfants de nombreuses souffrances, dues au “décalage” par rapport aux autres. En revanche, d’autres pourraient s’inquiéter du fait de recourir à des méthodes de ce type pour modifier leur enfant. En tout cas, en Russie, le sujet fait la une de l’actualité depuis qu’un scientifique russe parle de modifier génétiquement cinq enfants.

C’est pourquoi nous vous posons la question suivante : 

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de