Ⓒ Mariusz Potocki / Nature Creative Commons

Une étude américaine de l’université du Maine nous apprend que même sur le plus haut sommet du monde, le réchauffement climatique sévit. 

Le plus haut glacier de l’Everest fond à vitesse grand V

Une équipe de chercheurs américains a fait une découverte importante sur le toit du monde, l’Everest. Dans son étude publiée par le prestigieux site Nature, l’équipe de Paul Mayewski, glaciologue, directeur du Climate Change Institute de l’université du Maine et chef d’une expédition ayant étudié les changements environnementaux, indique que le sommet aurait perdu une quantité faramineuse de glace. 

Les résultats sont éloquents. Le South Col Glacier (le glacier du col Sud, plus haut point culminant au monde, situé à plus de huit mille mètres entre l’Everest et le Lhoste) aurait perdu plus de 54 mètres d’épaisseur ces vingt-cinq dernières années. Soit l’équivalent de 2 000 ans de glace fondue en seulement trois décennies. 

« Nous montrons, sur la base de la carotte de glace la plus haute du monde et des stations météorologiques automatiques les plus hautes, le rôle important et croissant que la fonte et la sublimation ont sur la perte de masse même du plus haut glacier du mont Everest », indiquent les chercheurs dans l’étude. 

L’expédition de Paul Mayewski et Mariusz Potocki Ⓒ Dirk Collins, National Geographic

L’activité humaine à l’origine de la fonte des glaciers de l’Everest

La fonte rapide des glaciers à cette altitude aussi élevée peut surprendre. Pourtant, selon Paul Mayewski, ce résultat est bien la conséquence directe de l’activité humaine sur notre planète et son réchauffement climatique : « Cette étude répond à l’une de nos questions principales, à savoir si les glaciers les plus en altitude sont également impactés par le changement climatique d’origine humaine. La réponse est un ‘oui’ retentissant et cet impact est particulièrement significatif depuis la fin des années 1990 », écrit le glaciologue dans un communiqué paru sur le site UMaine News.

Les prévisions pour les années à venir ne sont pas des plus rassurantes. Les chercheurs estiment que le glacier pourrait avoir disparu d’ici le milieu du 21e siècle. L’étude révèle par ailleurs que si la fonte a commencé dès les années 1950, la couche externe de neige a bel et bien fondu dans les années 1990. En cause, l’absorption trop importante de la lumière du soleil par cette couche censée protéger le glacier des rayonnements.

Depuis la disparition de cette couche, la fonte du glacier s’est sévèrement accélérée. Dans le monde, un milliard de personnes dépendent de l’eau stockée dans ces glaces, rapportent les scientifiques.  

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments