Le sexisme tue plus de 239 000 fillettes en Inde chaque année

La discrimination sexiste est un sujet que côtoient au quotidien les jeunes Indiennes. Une étude révèle que près de 240 000 petites filles de moins de 5 ans meurent tous les ans dans le pays simplement parce qu’elles sont des filles. Une situation qui tend à progressivement évoluer mais qui reste malgré tout très ancrée en Inde à cause des traditions.

 

LA TRADITION LIÉE A CE PHÉNOMÈNE

Naître fille en Inde n’est pas forcément un cadeau. Victimes d’inégalités, les petites filles sont parfois dénigrées, car les garçons sont au cœur de toutes les attentions. Les garçons sont ceux qui héritent des terres quand les parents meurent, et ce, même si depuis 2005, les filles peuvent aussi en hériter de manière égale. Très présent notamment dans les milieux ruraux, ce manque d’égard pour les filles est aussi lié à certaines traditions hindoues.

Kamala Marius, maîtresse de conférences en géographie à l’université Bordeaux-Montaigne et spécialiste des questions de genre et de développement urbain en Inde, pointe du doigt un élément précis de la religion :

« On a toujours préféré avoir des garçons plutôt que des filles, parce que ce sont les garçons qui assurent les rites funéraires, et ce sont les garçons qui sont censés s’occuper des parents, puisque quand on se marie en Inde, la fille part dans la famille de son mari. »

 

À QUEL POINT LES FILLES SONT-ELLES NÉGLIGÉES EN INDE ?

Ces différents éléments font que les filles sont régulièrement victimes de négligences voire de maltraitances. Elles peuvent ne pas avoir accès à la vaccination, manquer de soins quand elles sont malades ou souffrir de malnutrition. La discrimination sexiste a d’ailleurs été plus loin, commençant avant même la naissance de l’enfant.

Dès que les parents connaissaient le sexe de l’enfant, les mères choisissaient d’avorter s’il s’agissait d’une fille. De nombreux infanticides ont également été pratiqués. Cela a pour conséquence un ratio de naissances masculines plus élevé que celui des naissances féminines.

 

DES MŒURS EN TRAIN D’ÉVOLUER ?

À cause de ces traditions patriarcales, l’Inde continue encore aujourd’hui de favoriser les garçons. Cependant, c’est loin d’être le cas partout dans le pays. Certaines régions respectent autant les filles que les garçons, prouvant que les mentalités évoluent. Kamala Marius explique notamment que dans les états du Sud :

« Il y a quasiment autant de filles que de garçons qui naissent. L’éducation des filles est plus développée, elles vont à l’école, et les femmes travaillent ».

Les états du Nord dénigrent encore les jeunes filles mais les récentes affaires ont bousculé la société. Les affaires de viols ont touché plusieurs tranches de la population, aussi bien chez les femmes que chez les hommes qui n’ont pas hésité à sortir dans la rue pour manifester.


Une espèce animale ou végétale disparaît toutes les 20 minutes.

— @DailyGeekShow