— Prostock-studio / Shutterstock.com

De récentes recherches ont montré que les sujets ayant grandi dans des zones rurales avaient globalement un meilleur sens de l’orientation que ceux qui avaient passé leur enfance en milieu urbain.

Un impact significatif

Détaillés dans la revue Nature, ces travaux visaient spécifiquement à explorer l’influence de l’environnement durant l’enfance sur la capacité à s’orienter. Pour ce faire, les chercheurs ont étudié les données de près de 400 000 personnes (issues de 38 pays) jouant à Sea Hero Quest. Sorti en 2016 sur smartphones et tablettes, ce titre conçu pour détecter les signes précoces de démence invite le joueur à mémoriser le trajet d’un bateau sur une carte, puis à le reproduire le plus fidèlement possible au sein de niveaux en 3D, lors d’une seconde phase en temps limité.

Les chercheurs ont constaté que le fait d’avoir grandi en dehors des villes favorisait le développement de nos capacités de navigation. « La campagne est un environnement assez complexe dans la mesure où elle est très peu organisée, avec des distances plus importantes, ce qui signifie qu’il faut mémoriser son parcours », souligne Antoine Coutrot, chercheur au CNRS et co-auteur de l’étude.

Si les différences entre les citadins et les ruraux étaient significatives, il s’est avéré que les personnes ayant grandi dans des villes plus complexes (comme Paris ou Prague), impliquant la mémorisation de davantage de points de repère pour chaque trajet, avaient obtenu de bien meilleurs scores que celles issues de villes aux plans de rue quadrillés et ordonnés (comme Chicago ou New York).

Des compétences s’acquérant principalement durant l’enfance

Selon les auteurs de l’étude, les adultes peuvent encore améliorer leur sens de l’orientation, mais le processus (comparable à l’apprentissage d’une nouvelle langue) s’avèrera inévitablement moins rapide et efficace. « C’est au moment où notre cerveau est en train de créer ses connexions, où les cellules dédiées à cette capacité cognitive spécifique qu’est la navigation spatiale, que les compétences s’acquièrent », souligne Coutrot.

Bien que des tests menés sur la version urbaine du jeu, baptisée City Hero Quest, aient montré que les sujets qui avaient grandi en ville se débrouillaient mieux que ceux ayant passé leur enfance en milieu rural dans des environnements quadrillés, les différences étaient nettement moins marquées que lors de l’expérience initiale.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments