― volkova natalia / Shutterstock.com

En Russie, le métier de conducteur de métro était auparavant uniquement réservé aux hommes, car considéré comme néfaste pour la santé des femmes. Mais depuis quelques semaines, cette législation n’est plus en vigueur. Le métro de Moscou a ainsi annoncé dimanche dernier avoir recruté des femmes pour la première fois de son histoire.

Une première dans l’histoire du métro de Moscou

« Les premières femmes conductrices de trains électriques de l’histoire moderne ont commencé à travailler pour le métro de Moscou », a annoncé le métro de la capitale de la Russie. Ces dernières ont ainsi commencé à prendre du service en ce début d’année 2021. D’après le métro de Moscou, la conduite des trains n’est désormais plus associée à de durs efforts physiques grâce à l’automatisation.

Auparavant, ce métier leur était interdit par le gouvernement, car il était considéré comme néfaste pour leur santé, en raison des longues heures de travail à effectuer dans les sous-sols. Un argumentaire qui a été critiqué à maintes reprises, étant donné que les femmes pouvaient travailler dans les services de nettoyage et exercer en tant que surveillantes des escalators pour le réseau de transport en commun.

https://twitter.com/russiagoingnuts/status/1345745347725897732

Une centaine de professions toujours interdites pour les femmes russes

456 métiers étaient auparavant interdits aux femmes russes. Cette liste avait été introduite par l’Union soviétique en 1974 dans le but de protéger les femmes ainsi que pour préserver leur fertilté. Vladimir Poutine avait par la suite effectué une mise à jour en 2000. Cependant, ce récent décret du ministère du Travail marque le premier changement de taille pour le droit du travail des femmes russes.

L’ordonnance du ministère du Travail russe, qui est entrée en vigueur début janvier 2021, a réduit cette liste de 456 professions interdites aux femmes à une centaine. Désormais, les femmes russes peuvent non seulement devenir conductrices de métro, mais également marins, chauffeurs de tracteurs, chauffeurs de camions, parachutistes, mécaniciennes automobiles, fabricantes d’instruments à vent, minières et autres.

En revanche, ces dernières ne peuvent toujours pas exercer des métiers nécessitant de porter des charges lourdes, relevant de la réparation d’avion et de la lutte contre les incendies.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de