— © Johns Hopkins University

Pour la première fois, un robot a pratiqué une chirurgie laparoscopique sans assistance humaine. Réalisée sur les tissus mous d’un porc, une telle opération constitue une étape importante vers la chirurgie entièrement automatisée chez les humains.

Une étape importante

Conçu par des chercheurs de l’université Johns-Hopkins, le dispositif Smart Tissue Autonomous Robot (STAR) s’était déjà illustré en 2016 lors de procédures réalisées sur des porcs, au cours desquelles son bras robotique s’était révélé aussi efficace que ceux de chirurgiens expérimentés pour réaliser une opération connue sous le nom d’anastomose intestinale, consistant à suturer minutieusement les deux extrémités sectionnées d’un intestin grêle.

Si le robot avait dû, à l’époque, pratiquer une grande incision externe pour accéder à l’intestin et devait encore être assisté par des opérateurs humains, dans les expériences les plus récentes, détaillées dans la revue Science Robotics, une version améliorée et plus autonome du dispositif a effectué avec succès la procédure par laparoscopie.

Ce qui signifie que seules de petites incisions ont été nécessaires pour l’entrée et la sortie des outils chirurgicaux. Qui plus est, le robot a réalisé l’anastomose intestinale à quatre reprises (sur quatre animaux différents), en obtenant « des résultats significativement meilleurs que les humains effectuant la même procédure ».

Vidéo présentant le dispositif

Considérée comme particulièrement délicate, cette opération nécessite la réalisation de multiples sutures dans les tissus mous avec un taux de précision élevé et constant. Si l’une des sutures est mal placée, les conséquences peuvent s’avérer dramatiques pour le patient.

Effectuer des opérations complexes avec une plus grande précision

Cette version améliorée de STAR intègre des outils de suture spécialisés, de meilleurs systèmes d’imagerie (dont un endoscope 3D) et, surtout, un système de contrôle autonome. Ce dernier adapte le plan chirurgical en temps réel, en fonction des mouvements souvent imprévisibles des tissus intestinaux mous.

« L’anastomose robotisée est un moyen de s’assurer que les tâches chirurgicales qui exigent une grande précision et une grande répétabilité puissent être réalisées avec plus d’exactitude et de précision chez chaque patient, indépendamment des compétences du chirurgien », explique Axel Krieger, auteur principal de l’article décrivant cette percée. « Nous supposons que cela se traduira par une approche chirurgicale démocratisée des soins aux patients, avec des résultats plus prévisibles et plus cohérents. »

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Hervé DELACROIX
Hervé DELACROIX
9 mois

un seul mot : CHAPEAU
En tant qu’ancien chirurgien digestif récemment à la retraite, je peux vous dire que certains vont se poser des questions quant à leur avenir…..