Si les animaux marins sont nombreux à mourir en ingurgitant des déchets plastiques, ceux qui sont prisonniers de ces débris sont souvent ignorés. Or, ils seraient plus d’un millier à être empêtrés dans des restes de filets, des emballages ou même des vêtements.

Des chercheurs de l’Université d’Exeter ont étudié en détail les ravages de la pollution dans les environnements marins. Ils ont concentré leurs recherches sur un aspect souvent négligé : les animaux prisonniers des déchets plastiques. En effet, si la pollution des océans est une catastrophe, elle rend très difficile le quotidien des grands animaux. En analysant plusieurs études remontant jusqu’à 1940, ils ont découvert que plus d’un millier de requins et de raies ont été pris dans du plastique.

Mohamed Abdulraheem / Shutterstock.com

Le chiffre paraît faible mais il pourrait être plus conséquent. A cause d’éléments comme les prises de pêche accidentelles ou la surpêche, l’enchevêtrement des animaux a pu être minimisé. Or, des espèces menacées, comme le requin-baleine ou le requin-tigre, ont déjà été prises dans ces déchets.

Dans la majorité des cas répertoriés, les animaux marins étaient pris dans des restes de matériel de pêche. Toutefois, les pièges peuvent être plus surprenants : emballages, cordons élastiques, sacs… Autant d’éléments effrayants qui nous rappellent qu’il faut agir pour éviter de voir l’écosystème marin ravagé par la pollution.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de