― Aaronejbull87 / Shutterstock.com

Les océans sont vastes et pleins de surprises inattendues à chaque tournant de coquillage. On ne sait jamais ce qui se cache dans les eaux profondes, enfoui sous les algues. Parmi les nombreuses créatures fascinantes de l’océan se trouve un gentil géant : l’énorme mais inoffensif requin-baleine, le plus grand poisson vivant sur terre (ou plutôt dans l’océan). Mais cette magnifique créature est bien plus fascinante que ce que l’on pourrait croire.

Comment repérer un requin-baleine ?

Les requins-baleines (Rhincodon typus) ont un nom quelque peu déroutant. Ce ne sont pas des baleines mais des requins. Ce sont les plus grands requins actuellement en vie, mesurant jusqu’à 20 mètres de long (environ la taille d’un bus) et pesant jusqu’à 20,6 tonnes.

Cet énorme poisson est connu pour errer lentement dans les mers tropicales, migrant chaque printemps pour se reproduire et se nourrir. Ces grands requins sont très faciles à distinguer et à différencier des autres espèces car ils ressemblent à des poissons-chats tachetés, sauf qu’ils sont des centaines de fois plus grands. Il est impossible de ne pas en remarquer un si vous le croisez (dans l’océan ou sur une photo), mais voici quelques-unes de ses caractéristiques physiques déterminantes pour vous assurer que ce que vous regardez est bien un requin-baleine.

Ce poisson a une tête aplatie, un museau émoussé au-dessus de la bouche et de petits yeux. Le requin-baleine présente un motif bicolore de taches claires sur son dos gris foncé et son ventre est blanc. Les motifs de leurs taches rendent chaque individu unique car il n’y a pas deux requins-baleines qui possèdent les mêmes motifs – ils sont comme des empreintes digitales. Ils ont également cinq grandes fentes branchiales bien visibles, deux nageoires dorsales, deux longues nageoires pectorales, deux nageoires pelviennes, une nageoire anale et une grande queue. Mais la caractéristique la plus frappante du requin-baleine est sans aucun doute sa bouche.

© Zac Wolf / Stefan / Wikimedia Commons

La bouche d’un requin-baleine est énorme, mesurant 1,2 m de large. Malgré sa grande bouche et son corps, le requin-baleine ne mange pas et n’attaque pas les humains ou d’autres créatures plus grandes. Ces créatures dociles sont plutôt des filtreurs et leurs repas se composent principalement de plancton, d’œufs de poisson, de copépodes et d’œufs de corail, mais ils ne refusent pas les petits poissons et les calmars. Lorsque ces requins ont faim, ils ouvrent grand leur gueule et filtrent passivement tout ce qui est en suspension dans l’eau. C’est le même mécanisme que celui utilisé par les baleines à fanons.

Le requin-baleine possède encore de nombreuses rangées de dents, mais il s’agit de dents vestigiales qui ne jouent aucun rôle dans l’alimentation. Au lieu de cela, l’alimentation se fait par filtration. Plutôt que d’utiliser leurs dents, les requins-baleines utilisent des volets spécialisés appelés vélums qui empêchent l’eau de refluer lorsque le requin ferme sa bouche, évitant ainsi le gaspillage de nourriture.

Un régime costaud en plancton

Ces créatures de taille monumentale sont bien adaptées à ce régime et possèdent plusieurs adaptations physiques qui leur permettent de filtrer efficacement. Ils peuvent traiter plus de 6 000 litres d’eau par heure grâce à leurs branchies. De plus, le requin-baleine est équipé de 20 tampons filtrants qui lui permettent de tamiser en moyenne 20,7 kilogrammes de plancton en une journée. Le requin-baleine se nourrit peut-être de petites créatures, mais il se rattrape par son nombre.

Les requins-baleines sont des espèces pélagiques qui se déplacent lentement, ce qui signifie qu’ils passent la plupart de leur temps en haute mer – et ils n’ont pas peur des grands fonds. Des études ont montré qu’ils peuvent atteindre des profondeurs allant jusqu’à 1 928 mètres, bien qu’ils préfèrent les eaux chaudes où il y a beaucoup de plancton. Ironiquement, le plus grand requin a la plus petite proie : il se nourrit de plancton, qu’il balaie avec sa grande bouche ouverte. En fait, les requins-baleines aiment tellement le plancton qu’ils sont un bon indicateur de la présence de plancton, ce qui en dit long sur la santé des océans.

© Matt Martyniuk / Wikimedia Commons

Une espèce menacée dont il faut encourager la préservation

Comme de nombreux autres requins, les requins-baleines sont en danger, à la fois directement et indirectement. Avec le changement climatique, les eaux deviennent de plus en plus chaudes et hostiles aux espèces océaniques. En outre, l’expansion de l’activité humaine signifie que les créatures comme les requins-baleines ont des habitats plus petits et sont souvent piégés accidentellement (ou intentionnellement) dans les filets.

Dans le sud de la Chine et à Oman, les requins-baleines sont chassés en grand nombre car leurs ailerons et leur huile sont considérés comme des mets délicats. Bien qu’ils soient considérés comme des espèces vulnérables, ils sont encore continuellement pris pour cible dans plusieurs régions du monde, notamment en Asie orientale. Ces activités, ainsi que l’impact de la pêche et la pollution des eaux océaniques, ont contribué au déclin constant de leur population.

Les requins-baleines meurent plus vite qu’ils ne peuvent se reproduire et leur population a chuté de 65 %, ce qui les a placés dans la catégorie « en danger » de la liste rouge de l’UICN et à l‘annexe II de la CITES et de la CMS (l’annexe II énumère les espèces qui ne sont pas nécessairement menacées d’extinction mais qui pourraient le devenir si le commerce n’est pas étroitement contrôlé). En bref, les requins-baleines sont en difficulté et leur nombre continue de diminuer.

© Matt Martyniuk / Wikimedia Commons

Au fil des ans, les requins-baleines sont devenus populaires auprès des plongeurs en apnée en raison de leur taille et de leur nature apprivoisée. C’est pourquoi nager avec eux est depuis longtemps une attraction touristique. Malheureusement, là où il y a des humains, il y a des perturbations. Le tourisme irresponsable a été une menace pour leur population, car dans la plupart des cas, ils sont blessés par les hélices des bateaux. De plus, comme les gens veulent que les requins soient plus près de leur bateau, ils les nourrissent à la main avec des crevettes et des petits poissons, interrompant ainsi leurs habitudes alimentaires naturelles.

Les efforts de conservation de différentes organisations (WWF, Oceana, etc.) sont désormais mobilisés pour aider à reconstituer les populations de requins-baleines. En fait, chaque 30 août, la Journée du requin-baleine est célébrée pour mettre en lumière ces géants gracieux afin de sensibiliser et d’encourager la participation à leur conservation.

Les requins-baleines ont une durée de vie relativement longue. Cependant, peu d’entre eux parviennent à l’âge adulte et les menaces qui pèsent sur eux sont nombreuses et variées. Sans une action de conservation sérieuse et rapide, leur nombre continuera probablement à diminuer.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments