— veryulissa / Shutterstock.com

Nous sommes nombreux(ses) à nous tourner vers la nourriture pour trouver du réconfort après une journée stressante et/ou fatigante, ou pour apaiser les tracas du quotidien. Mais attention toutefois, car les repas trop gras ont des conséquences néfastes sur la santé, y compris sur notre capacité de concentration.

Comment s’est déroulée l’étude ?

Alors qu’en ces temps de confinement, certains employés ont été contraints de travailler à domicile, les chercheurs se sont demandé si un seul repas riche en graisses pouvait impacter notre capacité à nous concentrer. Et malheureusement, la réponse est oui.

Cette étude, parue dans The American Journal of Clinical Nutrition, a été menée par Annelise Madison, auteure principale diplômée en psychologie clinique à l’Ohio State University. La chercheuse travaille au sein du laboratoire de Janice Kiecolt-Glaser, professeure de psychiatrie et de psychologie et directrice de l’Institute for Behavioral Medicine Research de l’Ohio State.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont comparé les performances de 51 femmes en effectuant un test de concentration après que celles-ci ont mangé soit un repas riche en graisses saturées, soit un repas identique mais préparé avec de l’huile de tournesol, qui est riche en graisses insaturées.

Selon Science News, le repas en question était constitué d’œufs, de biscuits, de saucisse de dinde et d’une sauce contenant 60 grammes de matières grasses préparée avec, soit une huile à base d’acide palmitique riche en graisses saturées, soit de l’huile de tournesol avec une faible teneur en graisses saturées. Les deux repas faisaient 930 calories, soit l’équivalent de divers plats de fast-food comme un Big McDonald’s et des frites moyennes ou un double Whopper Burger King avec du fromage.

Notre concentration baisserait de 11 % après un repas riche en graisses

Les résultats de l’étude ont montré qu’une fois que les participantes ont ingéré leur repas, leur capacité de concentration avait diminué de 11% en moyenne et que les performances de celles ayant mangé le repas riche en graisses saturées étaient pires que celles ayant ingéré le repas préparé avec l’huile de tournesol. Malgré tout, Madison note que bien qu’il soit faible en graisses saturées, le repas préparé avec de l’huile de tournesol contenait toujours beaucoup de graisses alimentaires. Elle déclare ainsi : « Parce que les deux repas étaient riches en matières grasses et potentiellement problématiques, l’effet cognitif du repas riche en graisses saturées pourrait être encore plus important s’il était comparé à un repas faible en gras. »

L’endotoxémie, un facteur à ne pas prendre à la légère

Par ailleurs, les scientifiques ont également profité de cette expérience pour analyser les échantillons de sang à jeun des participantes pour déterminer s’ils présentaient une molécule inflammatoire signalant la présence d’endotoxémie. Il s’agit d’une toxine qui s’échappe des intestins et qui pénètre dans le sang lorsque la barrière intestinale est compromise. Madison explique ainsi que « si les femmes avaient des niveaux élevés d’endotoxémie, cela efface les différences entre les repas. Les résultats étaient toujours négatifs quel que soit le type de graisse qu’elles mangeaient. »

Selon Madison, des études antérieures auraient suggéré que les aliments riches en graisses saturées peuvent augmenter l’inflammation dans tout le corps et même atteindre le cerveau. D’autant plus que les acides gras peuvent également traverser la barrière hémato-encéphalique. Madison explique ainsi qu’« il se pourrait que les acides gras interagissent directement avec le cerveau. Ce que cela montre, c’est le pouvoir de la dérégulation intestinale. »

Le stress lié au confinement a quelque chose à voir avec votre envie de manger du gras

Cela mis à part, la professeure Kiecolt-Glaser a déclaré que les résultats suggéraient que la concentration pouvait être encore plus altérée chez les personnes stressées par les répercussions de la pandémie de coronavirus et qui se tournent vers la nourriture grasse pour se réconforter. Elle constate ainsi que « ce que nous savons, c’est que lorsque les gens sont anxieux, une bonne partie d’entre nous trouve les aliments riches en graisses saturées plus attrayants que le brocoli. Nous savons par d’autres recherches que la dépression et l’anxiété peuvent également nuire à la concentration et à l’attention. Lorsque nous ajoutons cela en plus du repas riche en matières grasses, nous pouvons nous attendre à ce que les effets réels soient encore plus importants. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de