6 abris ingénieux conçus pour protéger les réfugiés du monde entier face aux pires situations

La technologie est de plus en plus souvent la solution aux problèmes a priori insolubles. Pour diverses raisons, des gens sont poussés à quitter leur pays et à abandonner leur maison. Ces réfugiés n’ont pas toujours les moyens matériels de se mettre à l’abri. Des concepteurs ont alors imaginé des refuges technologiques permettant d’améliorer la condition des réfugiés lorsqu’ils arrivent par la mer. Le DGS vous présente ces ingénieuses créations.

Chaque année, et ce, depuis longtemps, des gens doivent émigrer vers d’autres contrées. Les raisons peuvent être d’ordre politique, climatique ou liées à une guerre (cf. le conflit syrien actuel). C’est souvent de façon précipitée que ces personnes partent, laissant sur place leurs maisons et certains biens. Ils arrivent donc dans un pays étranger, avec peu de moyens pour survivre et pas forcément d’endroits où s’installer. Si un certain nombre d’associations vient en aide aux migrants, afin de leur trouver un logement, la période de transition reste rude. Une équipe a ainsi réfléchi à des moyens pour améliorer leurs conditions de vie.

refuges-migrants-high-tech-1 Dans un laps de temps relativement court, une équipe composée d’architectes et de designers a imaginé des refuges à la fois fiables, solides et faciles à monter. Six modèles ont vu le jour, dont un qui a été conçu par Ikea (le « better shelter« ). L’idée est qu’ils puissent être montés facilement et quasi instantanément, par un petit nombre de personnes.

Ces prototypes ne nécessitent pas d’outils spéciaux ou d’une ingéniosité particulière. En revanche, ils sont pensés pour durer dans le temps et font appel à la technologie. Certains ont la capacité de flotter, ce qui peut être utile lorsque des migrants débarquent. Parmi ces six modèles, il y en a qui nettoient l’eau afin qu’elle soit potable et d’autres qui exploitent la chaleur du soleil.


Chaque jour en France, 2240 bébés naissent dont 1100 filles et 1140 garçons.

— @InseeFr