soleil-coreen
— Mahambah / Shutterstock.com

Des scientifiques sud-coréens ont réalisé une importante avancée, en parvenant à confiner à l’intérieur de leur « soleil artificiel » un plasma ultra-chaud pendant une durée record.

Une nouvelle avancée pour KSTAR

Présentée comme un véritable Graal pour un avenir énergétique neutre en carbone, la fusion nucléaire vise à recréer les réactions se produisant dans les entrailles de notre étoile, où une température et une pression extrêmes se combinent pour forcer la fusion d’atomes séparés en hélium, ce qui libère d’énormes quantités d’énergie.

Les réacteurs tokamaks sont conçus pour recréer ce processus sur Terre grâce à une série de bobines placées autour d’un réacteur en forme d’anneau (ou tore), confinant magnétiquement le plasma chauffé à des millions de degrés pendant une durée suffisante pour que la fusion des noyaux se produise.

Bien que la route vers un énergie de fusion économiquement viable soit encore longue, des progrès sont régulièrement réalisés, et le dernier en date concerne le tokamak supraconducteur coréen de recherche avancée.

Le réacteur KSTAR — © IsouM / Wikimedia Creative Commons

Au cours des derniers mois, les équipes de l’Institut coréen de l’énergie de fusion (KFE) sont parvenues à maintenir le plasma de KSTAR à 100 millions de degrés (environ 7 fois plus élevée que celle régnant au coeur du Soleil) pendant une durée de 48 secondes, contre 30 secondes seulement en 2021.

D’importantes implications

Selon Si-Woo Yoon, directeur du KFE, ce nouveau record constitue un pas de plus vers l’exploitation commerciale de l’énergie de fusion. Les données issues de l’expérience se révèleront également précieuses pour le développement et l’optimisation de l’ITER, plus grand réacteur tokamak au monde situé dans le sud de la France, qui devrait produire son premier plasma en 2025.

Comme cela avait été annoncé en début d’année, les améliorations clefs reçues par KSTAR devraient lui permettre de maintenir une température supérieure à 100 millions de degrés Celsius pendant 300 secondes d’ici à 2026.

En février dernier, le Joint European Torus (JET), réacteur à fusion nucléaire installé au Royaume-Uni, avait produit une quantité record d’énergie lors des derniers essais avant son arrêt : 69 mégajoules d’énergie en cinq secondes et en utilisant seulement 0,2 milligramme de combustible.

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
OSSONA
OSSONA
14 heures

je suis passionné par vos news letters