— kapichka / Shutterstock.com

Si une légère baisse a été observée dans les émissions globales de CO2 au cours des premiers confinements liés à la pandémie de Covid-19, ce n’est plus le cas et le problème est pire que jamais. En effet, les experts ont constaté que l’humanité n’a jamais autant émis de ce gaz à effet de serre qu’en 2021.

Les émissions de dioxyde de carbone liées à l’énergie ont atteint leur plus haut niveau l’année dernière, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Plus précisément, l’agence a annoncé que les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie ont augmenté de 6 % en 2021 pour atteindre un niveau record de 36,3 milliards de tonnes métriques. L’augmentation annuelle des émissions de CO2 – de plus de deux milliards de tonnes métriques – est également la plus importante jamais enregistrée, compensant ainsi la précédente baisse induite par la pandémie en 2020.

« La reprise de la demande d’énergie en 2021 a été aggravée par des conditions météorologiques et des conditions du marché de l’énergie défavorables – notamment les flambées des prix du gaz naturel – qui ont conduit à la combustion de plus de charbon malgré la plus forte croissance jamais enregistrée par la production d’énergie renouvelable », a expliqué l’AIE dans un communiqué. L’agence a également précisé que la Chine a joué un rôle important dans l’augmentation des émissions. « En 2021 seulement, les émissions de CO2 de la Chine ont dépassé 11,9 milliards de tonnes, ce qui représente 33 % du total mondial », a déclaré l’agence.

Bien évidemment, une telle augmentation des émissions de CO2 ne sera pas sans conséquence, et l’AIE a souligné qu’atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le réchauffement climatique sera encore plus difficile.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments