― Ion Mes / Shutterstock.com

Le 6 février 2020, la station scientifique argentine d’Esperanza a enregistré un nouveau record de chaleur sur le continent Antarctique. S’élevant à 18,3 degrés Celsius, ce nouveau record a été homologué et confirmé par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) le 1er juillet dernier. Il ne s’agit malheureusement pas d’une bonne nouvelle.

Un record confirmé par l’OMM

Un nouveau record de chaleur a été enregistré pour l’Antarctique : 18,3 °C. Ce record dépasse celui de 17,5 degrés Celsius, enregistré au même endroit de la péninsule Antarctique le 24 mars 2015. L’année dernière, une station automatique brésilienne se trouvant près de l’île Seymour avait relevé une température encore plus élevée : 20,75 degrés Celsius. En revanche, celle-ci n’avait pas été homologuée par l’Organisation météorologique mondiale, car un bouclier anti-radiations improvisé aurait pu modifier les mesures.

Avant de confirmer ce record, le comité chargé de son homologation a étudié la météo au-dessus du continent au moment de la mesure de la température et a observé un phénomène de haute pression ayant contribué au réchauffement de la surface, qui est connu pour produire des températures record. En outre, il a également vérifié les installations pour s’assurer qu’il n’y avait aucune anomalie.

— Bernhard Staehli / Shutterstock.com

Des vérifications importantes

Petteri Taalas, le secrétaire général de l’OMM, indique que « la vérification de ces mesures de températures maximales est importante parce que cela nous aide à tracer une image de la météo et du climat sur l’une des dernières frontières ultimes sur Terre ». La péninsule Antarctique est notamment l’une des régions qui se réchauffent le plus rapidement sur Terre, avec une hausse globale de trois degrés Celsius en cinquante ans.

Ce dernier confie toutefois que l’Antarctique est mal couvert en termes d’observations et de prévisions météo et climatologiques, alors que ces deux paramètres jouent un rôle important dans l’évolution du climat, des océans et de la hausse du niveau de la mer. Selon des études récentes, une hausse de deux degrés de la température est susceptible d’accélérer la fonte des glaces couvrant le Groenland et l’ouest de l’Antarctique.

« Ce nouveau record montre encore une fois que le changement climatique nécessite des mesures urgentes. Il est indispensable de continuer à renforcer l’observation, les prévisions et les systèmes d’alerte pour répondre aux phénomènes extrêmes qui se produisent de plus en plus souvent à cause du réchauffement climatique », a souligné Celeste Saulo, première vice-présidente de l’OMM et responsable du service météorologique argentin.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de