― Ion Mes / Shutterstock.com

Sous l’effet du réchauffement climatique, l’eau piégée sous forme de glace en Antarctique se répand dans les océans et participe à l’élévation du niveau de la mer. Selon de nouvelles projections, sa contribution serait largement sous-estimée.

Des simulations plus précises

Alors que nos meilleures prévisions concernant la fonte de la calotte glaciaire antarctique tablaient jusqu’à présent sur une hausse du niveau de la mer de 3,2 mètres au cours des 1 000 prochaines années, de nouvelles recherches menées par des chercheurs de l’université d’Harvard et publiées dans la revue Science Advances suggèrent que celle-ci pourrait être 30 % plus importante que prévu et, de ce fait, dépasser les 4 mètres.

Tout cela est lié au mécanisme d’expulsion de l’eau, dont l’impact avait été largement sous-estimé par les précédentes recherches.

À mesure que la calotte glaciaire fond et que son poids diminue, le socle rocheux de l’Antarctique, qui se trouve actuellement sous le niveau de la mer, s’élève et occupe davantage d’espace dans l’océan. Ce qui se traduira par une élévation supplémentaire du niveau de la mer d’environ un mètre au cours du prochain millénaire, selon ces projections révisées.

Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de la nouvelle étude ont pris en compte la structure tridimensionnelle complexe du manteau situé sous la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental (se révélant peu profond et présentant une faible viscosité) dans leurs simulations.

Il y a quelques semaines, une étude avait estimé qu’un tiers des plateformes glaciaires de l’Antarctique risquaient de s’effondrer — sirtravelalot / Shutterstock.com

Une hausse supplémentaire de 18 % d’ici la fin du siècle

« L’ampleur de l’effet nous a choqués », a expliqué Linda Pan, co-auteure de l’étude. « Quel que soit le scénario utilisé pour l’effondrement de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental, cette élévation supplémentaire d’un mètre du niveau global de la mer avait systématiquement lieu. »

Les calculs de l’équipe ont par ailleurs montré que le mécanisme d’expulsion contribuerait à une augmentation de 18 % de la hausse du niveau de la mer actuellement prévue d’ici la fin du siècle. Ce qui souligne une nouvelle fois la nécessité d’atteindre la neutralité carbone avant que le point de non-retour ne soit franchi.

« Toutes les projections publiées concernant l’élévation du niveau de la mer due à la fonte de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental qui ont été basées sur la modélisation du climat, que la projection s’étende à la fin de ce siècle ou à un avenir plus lointain, vont devoir être révisées à la hausse », a conclu Jerry Mitrovica, auteur principal de l’étude. « Absolument toutes. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de