— © Nerlich AG, et al. PLOS One (2020)

Son visage a traversé les siècles et les époques. Il s’agit de celui d’un enfant égyptien momifié au cours du premier siècle de notre ère. Des chercheurs allemands et autrichiens sont parvenus à reconstituer virtuellement les traits de son visage, avant de comparer le tout au portrait peint sur la momie. 

Le visage d’une momie égyptienne reconstitué 

Au travers d’une étudie publiée dans la revue PLOS One, des chercheurs allemands et autrichiens ont tenté de déterminer si des portraits funéraires, fortement répandus en Égypte entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, étaient véritablement fidèles aux visages des défunts. Pour cela, ils se sont intéressés à cette momie égyptienne que vous pouvez voir ci-dessous.

— © Nerlich AG, et al. PLOS One (2020)
— © Nerlich AG, et al. PLOS One (2020)
— © Nerlich AG, et al. PLOS One (2020)
— © Nerlich AG, et al. PLOS One (2020)

Cette momie a été découverte dans les années 1880 dans un cimetière à proximité de la pyramide de Hawara, non loin de la région de Fayoum. Comme l’a rapporté GEO, elle était conservée depuis 1912 dans un musée de Munich, en Allemagne. Les analyses effectuées ont alors permis de prouver qu’il s’agit d’une momie de 78 cm de long et 26 cm de large d’un jeune garçon, âgé entre trois et quatre ans au vu de ses dents et os. Bien qu’une partie de ses organes ait été enlevée, les chercheurs estiment qu’il est probablement décédé d’une maladie ayant affecté ses poumons. 

Les spécialistes ont réalisé un scan du crâne du défunt. Afin de ne pas biaiser la manipulation, “l’artiste chargé de la reconstruction faciale a été soigneusement tenu à l’écart de toutes images ou informations spécifiques concernant le portrait”, ont commenté les chercheurs. Ainsi, celui-ci n’a pu voir que la couleur des cheveux ainsi que des yeux puis la coiffure afin de s’assurer que ces “trois caractéristiques correspondraient”.

Une ressemblance relativement grande

Résultat ? Le portrait du jeune garçon et son visage reconstruit virtuellement ont révélé une ressemblance relativement grande. « La reconstruction faciale montre un enfant avec des traits faciaux infantiles classiques très similaires à ceux du portrait », ont rapporté l’équipe du professeur Andreas Nerlich, chercheur à l’Institut de pathologie de la München Klinik Bogenhausen et auteur principal de cette étude. Les chercheurs ont de surcroît remarqué que “certaines proportions notamment entre le front et la ligne des yeux sont exactement les mêmes entre le portrait et la reconstruction”.

Toutefois, la ressemblance n’est pas parfaite pour autant. En effet, l’enfant semble légèrement plus âgé sur le portrait que sur la reconstruction. « Au niveau biométrique, la largeur du nez et celle de la bouche sont plus petites sur le portrait que sur la reconstruction, ce qui pourrait expliquer la différence perçue en termes d’âge », ont ajouté les scientifiques.

Un phénomène unique ou bien général ?

Ce constat semble donc sous-entendre que la “peinture a dû être réalisée peu après sa mort, potentiellement avec l’aide de croquis préliminaires et donc qu’elle ressemblait étroitement au défunt”, comme l’expliquent les chercheurs. Néanmoins, cela demeure complexe d’affirmer que cela est le cas avec la grande majorité des autres portraits égyptiens.

Ces travaux demeurent donc particulièrement inédits. “Dans la mesure où nous ne pouvons fournir qu’un seul cas, il reste à déterminer s’il est unique ou s’il fait partie d’un phénomène général. Des études supplémentaires aideront, avec espoir, à résoudre cette question”, ont conclu les chercheurs.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de