— Grossinger / Shutterstock.com

Son discours a marqué les esprits : le jeudi 23 juillet dernier, Alexandria Ocasio-Cortez, élue démocrate de l’État de New York, a recadré avec poigne et intelligence, devant l’ensemble du Congrès, Ted Yoho, représentant républicain l’ayant traitée de “fucking bitch” ou “putain de salope” en français. Suite à cela, ce dernier s’est vu obligé de démissionner. 

Un discours marquant et une réaction menée avec force et intelligence

Alexandria Ocasio-Cortez est une femme politique loin de se laisser marcher dessus et de se laisser faire. En effet, après que le républicain Ted Yoho, l’un de ses collègues, l’a insultée et traitée de “fucking bitch”, autrement dit “putain de salope” en français, elle a aussitôt réagi avec poigne et intelligence. Ce dernier avait d’ailleurs par la suite nié l’avoir insultée : “Étant marié depuis 45 ans et père de deux filles, je suis très conscient de mes mots.” L’élue démocrate n’a alors pas manqué de livrer un discours des plus marquants.

“Je tiens à préciser que les commentaires du représentant Yoho ne m’ont pas profondément blessée(…) Ce genre de langage n’est pas nouveau. Mais ce qui me pose problème, c’est d’utiliser les femmes, nos épouses et nos filles, comme boucliers et excuses pour justifier un mauvais comportement. Monsieur Yoho a mentionné qu’il avait une femme et deux filles. J’ai deux ans de moins que la plus jeune fille de monsieur Yoho. Je suis aussi la fille de quelqu’un. Mon père, heureusement, n’est pas vivant pour voir comment monsieur Yoho a traité sa fille. Ma mère a pu voir à la télévision l’irrespect de monsieur Yoho à mon égard sur le sol de ce bâtiment. Et je suis ici parce que je dois montrer à mes parents que je suis leur fille et qu’ils ne m’ont pas élevée pour accepter les abus des hommes. Avoir une fille ne rend pas un homme convenable. Avoir une femme ne rend pas un homme convenable ! Traiter les gens avec dignité et respect fait d’un homme une personne convenable. Nous avons toutes dû faire face à cette situation d’une manière ou d’une autre à un moment donné de notre vie. J’ai jeté hors des bars des hommes qui avaient utilisé un langage comme celui de M. Yoho et j’ai rencontré ce type de harcèlement dans le métro de New York”, a notamment lancé Alexandria Ocasio-Cortez au nom de “toutes les femmes du Congrès et de toutes les femmes du pays”.

Un problème culturel” pointé du doigt

Dans son discours, Alexandria Ocasio-Cortez a de surcroît pointé du doigt un véritable “problème culturel” : “C’est une culture d’impunité, d’acceptation de la violence et du langage violent à l’égard des femmes.” Elle a par la suite énuméré plusieurs exemples de harcèlement verbal, notamment ceux tenus par le gouverneur de Floride ou du président Donald Trump en personne. Elle dénonce donc un “système qui déshumanise les femmes”. L’élue regrette également que “les épouses et les filles servent de bouclier pour justifier ce comportement. J’ai deux ans de moins que la plus jeune fille de M. Yoho. Je suis aussi la fille de quelqu’un. Heureusement, mon père n’est plus en vie pour voir comment M. Yoho a traité sa fille”, s’est-elle indignée. 

De tels propos prononcés par un homme politique “banalisent le mépris à l’égard des femmes. C’est donner la permission à d’autres hommes de faire cela à ses filles. Il a cédé en utilisant ce langage devant la presse. Il a donné la permission d’utiliser ce langage contre sa femme, ses filles, les femmes de sa communauté”, a-t-elle ajouté. 

Enfin, Alexandria Ocasio-Cortez a dénoncé le manque d’honnêteté dans les propos de son collègue : “Lorsqu’un homme décent se trompe, comme il nous arrive à tous de le faire, il fait de son mieux et s’excuse, non pas pour sauver la face, ni pour gagner un vote. Il s’excuse sincèrement pour réparer et reconnaître le mal fait afin que nous puissions tous aller de l’avant.

Le républicain Ted Yoho forcé de démissionner 

Suite à ce discours, d’ailleurs considéré comme “le plus féministe depuis des décennies” par Jennifer Lawless, professeure de sciences politiques à l’université de Virginie, ou encore le “discours féministe le plus important de sa génération”, par une journaliste du HuffPost, l’ONG chrétienne non partisane Bread for the World, combattant la faim dans le monde, a annoncé samedi 25 juillet dernier avoir exigé puis reçu la démission de Ted Yoho. Ce dernier siégeait effectivement à son conseil d’administration. 

Une démission demandée par l’ONG afin de réaffirmer son “engagement à accompagner les femmes et les personnes de couleur, au niveau national et international, alors que ces derniers nous conduisent vers un monde plus inclusif et équitable. Les actions récentes de Ted Yoho, telles que rapportées dans les médias, ne reflètent pas les standards éthiques des membres du conseil d’administration.

Ci-dessous, nous vous proposons de visionner, ou bien de revisionner, le discours prononcé par Alexandria Ocasio-Cortez :

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de