prise médicaments posture
— tommaso79 / Shutterstock.com

Lorsque l’on prend un comprimé, par exemple un analgésique, il va de soi que l’on souhaite qu’il agisse le plus rapidement possible. Selon une nouvelle étude, réaliser une telle action en étant couché sur le côté droit permettrait de raccourcir nettement ce délai.

Position couchée sur le côté droit

Dans la plupart des cas, lorsqu’un comprimé est avalé, il ne commence à agir que lorsque son contenu dissous atteint la partie supérieure de l’intestin, reliée à l’estomac par le pylore, petit muscle servant de valve entre le bas de ce dernier et le duodénum. Ce qui implique que plus un comprimé est capable de pénétrer profondément et rapidement dans l’estomac, plus vite il pourra se dissoudre et faire effet.

Publiée dans la revue Fluids, cette nouvelle étude menée par Rajat Mittal et ses collègues de l’université Johns-Hopkins a cherché à déterminer la position du corps optimale pour qu’un comprimé agisse en un minimum de temps. Pour ce faire, l’équipe a créé un modèle informatique de l’estomac humain appelé StomachSim, permettant de simuler la digestion des aliments, ou dans ce cas la dissolution d’un comprimé.

« Le bon sens voudrait que l’on adopte une position assise ou verticale, cependant, en raison de la forme asymétrique de l’estomac, il a été constaté que le fait de s’allonger sur le côté droit permettait à un comprimé de se dissoudre 2,3 fois plus vite », explique Mittal.

Comment la posture influence l’absorption d’un comprimé — © Khamar Hopkins / Johns Hopkins University

Un délai d’action largement réduit

Alors qu’une pilule prise en position debout mettait environ 23 minutes à se dissoudre dans l’estomac, les simulations réalisées ont montré que ce délai était réduit à 10 minutes en position couchée sur le côté droit. La position couchée sur le côté gauche étant le pire choix, la pilule mettant plus de 100 minutes à se dissoudre.

Bien que ce délai varie en fonction du type de pilule, le modèle suggère que nous devrions idéalement conserver cette posture pendant environ une demi-heure après avoir pris des médicaments à action rapide comme les analgésiques.

« Découvrir que la posture avait un effet aussi considérable sur le taux de dissolution d’un comprimé a été une véritable surprise », explique le chercheur. « Je ne m’étais jamais demandé si je m’y prenais bien ou mal, mais maintenant, je vais définitivement y penser chaque fois que je serai amené à en prendre un. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments