— Pashkovska Tetyana / Shutterstock.com

Si les fruits et plantes sont connus pour renfermer de nombreux composés bénéfiques pour notre organisme, des chercheurs américains ont récemment mis en évidence les effets insoupçonnés des pommes sur notre santé cérébrale.

« Un nombre croissant d’études ont démontré les bienfaits pour la santé des substances phytochimiques »

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Stem Cell Reports, une équipe de scientifiques de la Société internationale pour la recherche sur les cellules souches a constaté que les composés naturels présents dans les pommes pouvaient améliorer les fonctions cérébrales. En utilisant un modèle de souris, les chercheurs ont démontré que ces fruits contribuaient à stimuler la production de nouvelles cellules cérébrales et étaient également susceptibles d’améliorer l’apprentissage et la mémoire.

Les phytonutriments sont des substances chimiques présentes dans les plantes connues pour avoir des effets positifs sur l’organisme. Présent dans la peau des raisins rouges, le resvératrol a notamment été associé à un risque réduit de maladies liées à l’âge, telles que les maladies cardiaques, le diabète et le cancer.

« En plus d’être une source d’énergie, la nourriture est connue pour influencer la forme physique générale d’un individu. Un nombre croissant d’études ont démontré les bienfaits pour la santé des substances phytochimiques. Les composés alimentaires actifs sont également essentiels au maintien des fonctions cognitives », écrivent les auteurs de l’étude.

L’équipe a entrepris d’étudier les effets de composés spécifiques des pommes sur le cerveau, et ont découvert que de fortes concentrations de phytonutriments trouvés dans ces fruits pouvaient stimuler le processus de neurogenèse, au cours duquel de nouvelles cellules cérébrales sont formées.

En 2019, une étude avait déterminé que le fait de manger une pomme par jour contribuait au maintien de l’équilibre intestinal /— Alpha Tauri 3D Graphics / Shutterstock.com

Risque de mort cellulaire réduit et stimulation de la neurogenèse

L’étude s’est concentrée sur des cellules souches cultivées en laboratoire provenant de cerveaux de souris adultes. Les chercheurs ont ajouté aux cultures cellulaires des phytonutriments couramment présents dans les pommes, notamment la quercétine ou l’acide dihydroxybenzoïque (DHBA). Ce qui s’est traduit par un risque de mort cellulaire réduit et la génération de davantage de cellules cérébrales.

D’autres expériences ont montré que, dans des structures cérébrales distinctes associées à l’apprentissage et à la mémoire, les cellules souches se multipliaient et produisaient davantage de neurones lorsque les souris recevaient de fortes doses de quercétine ou d’acide dihydroxybenzoïque. Selon les chercheurs, les effets sur la neurogenèse étaient comparables aux effets bénéfiques observés après l’exercice physique, activité connue pour favoriser ce processus.

À l’avenir, ceux-ci prévoient de déterminer précisément dans quelle mesure la quercétine, le DHBA et d’autres phytonutriments peuvent améliorer l’apprentissage et les fonctions cognitives sur des modèles animaux et humains.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel First
Membre
Michel First

Preventif d’alzheimer?