— thirawatana phaisalratana / Shutterstock.com

Une équipe de chercheurs israéliens a récemment démontré que les poissons rouges placés sur un petit véhicule terrestre étaient parfaitement capables de le diriger vers une cible afin d’obtenir de la nourriture.

Poissons pilotes

Publiés dans la revue Behavioural Brain Research, ces travaux ont impliqué un engin expérimental appelé « Fish Operated Vehicle » (FOV). Celui-ci se composait d’un réservoir en acrylique de 35 x 35 x 28 cm rempli d’eau, monté sur une plate-forme métallique équipée de quatre roues omnidirectionnelles alimentées par batterie. La position du poisson était surveillée en temps réel par une caméra connectée à un micro-ordinateur, placée à l’extrémité d’une perche surplombant le réservoir.

Au cours de l’étude, six poissons rouges ont été placés successivement dans le véhicule, lui-même installé au milieu d’une enceinte rectangulaire de 3 mètres par 4 dont l’un des murs était orné d’un panneau de polypropylène coloré.

Si l’équipe a dans un premier temps montré aux poissons que le fait de s’approcher de la planche entraînait la libération d’une boulette de nourriture dans le réservoir, ceux-ci ont par la suite dû diriger le FOV jusqu’à la cible pour obtenir le même résultat.

Un capteur laser (LiDAR) embarqué a été utilisé pour suivre les mouvements du FOV durant l’expérience

En l’espace de quelques jours seulement, les poissons ont compris qu’en se rendant à l’extrémité du réservoir située du côté du panneau et en faisant face à la paroi tout en nageant latéralement, le FOV se déplaçait dans cette direction, et que l’engin s’arrêtait lorsqu’ils nageaient à rebours vers le milieu du réservoir.

Une capacité d’adaptation impressionnante

Plus surprenant encore, il s’est avéré que les poissons parvenaient à diriger le FOV vers la cible même lorsque celle-ci était déplacée, que des obstacles étaient positionnés entre elle et le véhicule ou que des « éléments de distraction » étaient placés sur les autres murs de l’enceinte.

« Cette étude suggère que la capacité de navigation est universelle plutôt que spécifique au milieu, et montre que les poissons rouges sont capables d’apprendre une tâche complexe dans un environnement complètement différent de celui dans lequel ils ont évolué », souligne Shachar Givon, doctorant à l’université Ben-Gourion du Néguev et co-auteur de l’étude.

« Comme le savent tous ceux qui ont appris à faire du vélo ou à conduire une voiture, c’est un véritable défi au début », conclut le chercheur.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments