Les analyses de sédiments océaniques anciens démontrent que les fluctuations du courant circumpolaire antarctique (CCA) ont varié au cours des derniers 5,3 millions d’années, avec une tendance à l’intensification durant les périodes de réchauffement climatique. L’étude, publiée dans Nature, suggère une corrélation entre les températures élevées de la planète et la force accrue du CCA, particulièrement pertinente dans le contexte actuel de changement climatique anthropique.

Le courant circumpolaire antarctique

Le courant circumpolaire antarctique (CCA) joue un rôle crucial dans le système climatique terrestre en transportant un volume d’eau 100 fois supérieur à celui de tous les fleuves du monde combinés. Ironiquement, on pense que le CCA est la principale cause de la température actuelle de la Terre, nettement inférieure à celle d’il y a 35 millions d’années.

À l’époque, la Tasmanie et la Patagonie étaient plus proches de l’Antarctique, et leur présence a empêché la formation d’une circulation qui contourne aujourd’hui sans cesse le continent austral. Grâce au CCA, les côtes de l’Antarctique sont protégées des eaux chaudes des tropiques pendant tout l’été, ce qui fait fondre la glace et accroît le réchauffement de la planète en réduisant la réflexion de la lumière vers l’espace.

Son accélération notable ces dernières années a été attribuée à l’accélération des vents dans les latitudes les plus élevées du courant circumpolaire antarctique, les « howling sixties ».

L’accélération du courant circumpolaire antarctique

Cette accélération serait directement due à une augmentation de 40 % de la force des vents dans l’océan Austral. Les climatologues cherchent à savoir si l’augmentation des vents est due au réchauffement climatique provoqué par l’Homme ou à un autre facteur. Récemment, on a découvert que même l’attraction gravitationnelle de Mars pouvait influer sur la vitesse du CCA, toutefois, ce comportement ne serait perceptible que sur des périodes de temps beaucoup plus longues.

Une collaboration internationale de scientifiques a entrepris d’examiner l’histoire du CCA en analysant des carottes de sédiments prélevées dans les profondeurs de l’océan. Non seulement il est difficile de forer le fond marin lorsque l’océan se trouve à plusieurs kilomètres de profondeur, mais les vents qui le poussent créent des eaux parmi les plus agitées du monde, ce qui complique la collecte de ces carottes. 

Les petites particules prédominent dans les sédiments lorsque le CCA se déplace lentement, mais à mesure qu’il accélère, ces particules grossissent, ce qui permet d’enregistrer sa vitesse sur des millions d’années. Le CCA s’est intensifié durant les périodes de refroidissement global il y a des millions d’années, mais a été particulièrement fort pendant les périodes chaudes de l’histoire récente de la Terre. Par exemple, pendant l’ère glaciaire, les vitesses n’étaient que la moitié de ce qu’elles étaient pendant l’Holocène.

Les implications climatiques

Bien que le CCA soit actuellement puissant, des preuves suggèrent qu’il pourrait s’accélérer davantage. Il semble qu’il y ait suffisamment de place pour la croissance, puisque certaines périodes interglaciaires antérieures étaient caractérisées par des taux supérieurs de 80 % à ceux d’aujourd’hui. Même si le CCA contribue à refroidir la Terre, on pense qu’un courant plus rapide pourrait transporter plus d’énergie, ce qui accélérerait la fonte des glaces à la périphérie du continent. 

Cette dynamique complexe entre le CCA et le système climatique mondial souligne l’importance de comprendre les interactions entre les courants océaniques et le changement climatique. Bien que l’attention se porte souvent sur d’autres phénomènes climatiques, comme le ralentissement de la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC), les implications à long terme de l’accélération du CCA pourraient être tout aussi significatives. 

Par ailleurs, le Gulf Stream ralentit, et c’est une catastrophe.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments