Normalement, une femme est en âge de procréer lorsque cette dernière commence à avoir ses menstruations. C’est-à-dire que la femme arrive à une période où ses organes reproducteurs ont la capacité de féconder un ovule. Cette période est appelée puberté et c’est la période de transition durant laquelle la fille passe d’enfant à adolescente. Cette période arrive généralement entre l’âge de 10 et 16 ans, et bien que les organes soient prêts à recevoir une grossesse à cet âge, le corps ne l’est pas. Pourtant, au Pérou en 1939, une petite fille âgée de 5 ans et demi est devenue la plus jeune mère de l’histoire de la médecine.

Le fonctionnement de l’horloge biologique féminine

Les règles ou menstruations surviennent lorsque les ovaires libèrent les follicules mûrs et que ces derniers n’ont pas pu être fécondés par un spermatozoïde. D’après Melissa Simon, professeure et obstétricienne gynécologue à l’université de Northwestern à Chicago, une femme peut ovuler sans même avoir ses règles.

Il est donc possible que les ovaires libèrent des ovules matures sans que notre corps ne puisse s’en rendre compte. Mais scientifiquement, l’ovulation n’a lieu qu’après la « ménarche » ou encore les premières règles. En 2017, des données rassemblées ont montré que les premières règles pouvaient survenir entre 10 et 16 ans, mais le Dr Simon a ajouté qu’il est tout à fait possible que la ménarche survienne plus tôt chez certaines filles.

Les mères rencontrent diverses difficultés lors de la grossesse

Mener une grossesse à terme est difficile, surtout pour des individus âgés de 9 ou 10 ans. En effet, durant une grossesse, le volume de sang augmente de 50 %. Chez un enfant, cet excès de liquide peut être dangereux, surtout pour son cœur. Un enfant de 9 à 10 ans est encore en pleine croissance. De ce fait, son corps sera privé des divers nutriments, surtout de calcium.

Les mères ayant moins de la vingtaine risquent de développer des maladies artérielles qui peuvent entraîner des convulsions et même une perte de connaissance. L’OMS a aussi affirmé qu’il leur est facile de contracter des infections de la muqueuse utérine. Il est aussi possible qu’elles souffrent d’anémie puisque l’oxygène circulant dans le sang se divise en deux. En plus des complications, les jeunes filles de 15 à 19 ans peuvent trouver la mort en menant à terme leur grossesse. Selon le Dr Ashok Dyalchan, directeur de l’Institut de gestion de la santé Pachod, le taux de mortalité chez les jeunes filles de 16 à 19 ans est deux fois plus élevé que chez celles de plus de 20 ans.

femme enceinte
― nattanan726 / Shutterstock.com

Pourquoi il est difficile pour une jeune fille de devenir mère ?

La grossesse n’est pas la seule étape difficile à laquelle la future mère doit faire face. En effet, l’accouchement est encore plus douloureux, surtout si la femme a un accouchement par voie naturelle. Mais chez les enfants, une intervention chirurgicale est nécessaire puisqu’ils ont un bassin étroit. En raison de cela, le bébé risque de se retrouver coincé dans le canal de naissance. Le travail exerce aussi une pression sur la vessie et l’urètre, ce qui peut causer des maladies au niveau du pelvis et de l’utérus. De plus, le canal génital peut se rompre, créant ainsi des trous entre le vagin, la vessie et même le rectum. L’urine et les matières fécales peuvent y pénétrer, causant d’autres infections plus graves. Seule la chirurgie réparatrice peut aider à fermer les trous.

Même si les enfants peuvent avoir un accouchement par césarienne, cette intervention peut causer d’autres complications. Comme le fait de ne pas pouvoir avoir un accouchement normal à l’avenir. Mais aussi, le risque de contracter le « placenta accreta » c’est-à-dire que le placenta s’implante dans la cicatrice si la personne a subi plus de 3 césariennes.

La plus jeune mère au monde

Si l’on se réfère à l’histoire, la plus jeune mère connue serait Lina Medina, une jeune fille âgée de 5 ans, 7 mois et 21 jours, qui a eu une césarienne. L’histoire s’est déroulée à Ticrapo au Pérou en avril 1939. Ses parents l’ont amenée à l’hôpital en raison d’une tumeur qui avait grossi dans son abdomen. Mais après examen, les médecins ont affirmé que la petite était enceinte de sept mois. Malheureusement, le violeur n’a pas pu être identifié puisqu’elle n’était pas en mesure de répondre précisément aux questions. Le 14 mai 1939, Lina a accouché d’un petit garçon pesant 2,7 kilos.

Lina Medina
Lina Medina avec son fils et son médecin © Alejandro / Flickr

Lors de son accouchement, les médecins ont pu analyser ses tissus et ont découvert que les follicules de Lina étaient déjà semblables à ceux d’une femme adulte. Ils ont aussi découvert que Lina avait commencé à avoir ses règles depuis ses 8 mois. Ce phénomène est causé par un trouble de l’hypophyse, la glande responsable de la redirection des hormones sexuelles dans le corps.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
lydia aoustin
lydia aoustin
1 mois

Pauvre petite fille, car vous dites enfant , dites FILLES car les garçons ne seront jamais enceinte, si les hommes respectaient les femmes cela n’arriverait pas.