— Warut Chinsai / Shutterstock.com

La pollution plastique reste un problème à résoudre partout dans le monde. Même s’il existe déjà de nombreux processus de recyclage du plastique, diverses variétés de cette matière ne sont pas recyclables. Heureusement, on ne cesse de chercher des solutions à ce problème. Une entreprise en a notamment trouvé une, et a commencé à transformer le plastique non recyclable en matériaux de construction.

Un procédé de recyclage qui ne nécessite ni tri ni nettoyage

Le plastique à usage unique est un fléau pour l’environnement, mais il continue pourtant à régner en maître dans notre société de consommation. Couverts et gobelets en plastique, bouteilles en plastique, emballages alimentaires, sacs de courses ; les plastiques à usage unique sont partout dans notre quotidien. Ces produits ne sont pas recyclables et une fois utilisés, ils sont jetés à la poubelle et finissent par envahir de nombreuses zones aquatiques et terrestres. De nombreuses solutions ont déjà été abordées face à ce problème, comme l’interdiction d’usage de ce genre de plastique dans de nombreux domaines. Malheureusement, le problème demeure.

De nombreuses entreprises et autres organisations environnementales continuent ainsi de chercher des solutions en faisant preuve d’innovation et de créativité. Parmi ces entreprises, nous pouvons citer la start-up américaine ByFusion. Cette société basée à Los Angeles veut notamment recycler le plastique non recyclable – et de nombreux autres types de plastique – en le transformant en blocs de construction polyvalente. Appelées ByBlocks, ces briques en plastique recyclé peuvent être utilisées dans le domaine de la construction et peuvent servir à concevoir tout type de structure.

Pour former les blocs, ByFusion utilise des appareils appelés des Blockers. Ces machines lourdes sont alimentées par des monticules de plastique qui sont pressés en bloc. Le principal avantage avec les ByBlocks concerne la sélection des plastiques pour alimenter la machine. Contrairement à ce qui est généralement observé dans d’autres sociétés qui recyclent le plastique, le procédé de ByFusion ne nécessite aucun tri ni nettoyage avant d’entrer dans la machine, a rapporté Fast Company. De plus, tous les types de plastiques peuvent être pris en charge, sauf le polystyrène.

Une entreprise avec beaucoup d’ambition

Au terme du passage par les machines, les déchets plastiques deviennent ainsi des blocs de construction de 0,4 x 0,20 x 0,2 mètre et d’environ 4,5 kilogrammes. Les blocs se déclinent en trois modèles distincts : un modèle est conçu avec des chevilles qui peuvent s’emboîter, un autre est totalement plat et le dernier est composé d’une combinaison des deux. Si les ByBlocks peuvent parfaitement remplacer les blocs de béton, ils ont un inconvénient majeur : ils se dégradent facilement à la lumière du soleil. Heureusement, il existe plusieurs solutions à ce problème. La société suggère notamment d’enduire ou de recouvrir les surfaces exposées au soleil de peinture ou de tout autre matériau résistant aux intempéries.  

Actuellement, l’entreprise a une unité de production unique capable de traiter 450 tonnes de plastique par an. Depuis la création de la start-up en 2017, ByFusion n’a cependant recyclé qu’environ 100 tonnes de plastique. L’entreprise travaille à son expansion nationale et prévoit à court terme d’implanter 12 autres Blockers à travers le pays. Sur le long terme, l’objectif de la société est de recycler 100 millions de tonnes de plastique d’ici 2030. À cet effet, ByFusion a déjà commencé à conclure des partenariats avec de nombreuses villes, notamment pour la collecte de déchets plastiques. À terme, l’entreprise prévoit également de vendre des Blockers aux villes et aux différentes localités afin qu’elles puissent gérer elles-mêmes leurs déchets plastiques.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Lemaitre
Lemaitre
3 mois

En France il existe la même start up , elle s’appelle: RECNOREC, basée en région parisienne à Plaisir.