mont-everest
— AsiaTravel / Shutterstock.com

On n’en entend pas souvent parler, pourtant, la plaque tectonique indienne pourrait avoir une influence considérable sur le paysage futur de la planète. De récentes études ont en fait montré que cette plaque lithosphérique est progressivement en train de se séparer en deux.

Le comportement des plaques sous l’Himalaya

La plaque tectonique indienne est une composante majeure de la lithosphère terrestre, couvrant une partie importante de l’Asie du Sud. Il s’agit d’un morceau massif de la croûte terrestre et du manteau supérieur qui s’étend sur une superficie d’environ 5,5 millions de kilomètres carrés. La plaque indienne est unique dans son interaction avec les plaques voisines, notamment la plaque eurasienne, au nord. La collision entre ces deux plaques est notamment responsable de la formation de la chaîne de montagnes himalayenne.

Ce qui est important de savoir concernant ces deux plaques, c’est que ce sont toutes les deux des plaques continentales. Il faut comprendre qu’il existe deux principaux types de plaques : les plaques océaniques et les plaques continentales. Lorsque ces deux types de plaques entrent en collision, la plaque océanique – qui est plus dense – glisse en dessous de la plaque continentale. C’est ce qu’on appelle la subduction. Mais lorsque ce sont les mêmes types de plaques qui entrent en collision, aucune d’elles ne se place sous l’autre dans la mesure où elles ont une densité similaire.

Une découverte inédite

Au lieu de cela, elles prennent toutes les deux une seule et même direction : vers le nord. C’est via ce processus que l’Himalaya a été créé. D’ailleurs, ce processus est toujours en cours. En fait, l’Himalaya continue de s’élever d’environ 1 centimètre par an à cause de ce phénomène. Si tels sont les phénomènes qui se produisent à la surface, que se passe-t-il sous terre ? D’après la théorie dominante sur le sujet, la plaque indienne serait trop flottante pour s’enfoncer dans le manteau, ce qui fait qu’elle glisserait sous la plaque eurasienne, produisant ainsi le renflement qu’est le Tibet.

Une autre théorie suggère que la plaque indienne se déforme pour s’adapter et s’enfoncer dans la plaque eurasienne, le Tibet étant créé par cette déformation. Une équipe internationale de chercheurs a apporté une autre réponse possible à cette question. Les résultats de leur étude – prépubliée en ligne sur ESS Open Archive – suggèrent que les collisions entre les plaques indienne et eurasienne sont en train de causer une délamination d’une partie de la plaque indienne sous le Tibet. Plus précisément, la partie supérieure de la plaque serait en train de se décoller pour soutenir le Tibet, tandis que la partie inférieure, plus dense, se désintègre et s’enfonce dans le manteau de la plaque eurasienne.

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié les émanations d’hélium et les ondes sismiques là où les deux plaques entrent en collision. Il a été constaté que les niveaux d’hélium étaient plus élevés dans le sud du Tibet que dans le nord du Tibet, ce qui suggère que la plaque tectonique indienne se divise en deux sous le plateau tibétain. De plus, les analyses des ondes sismiques ont permis de réaliser des simulations cartographiques de la plaque indienne qui montrent des entailles de profondeurs différentes à de multiples endroits, ce qui indique également une division de la plaque indienne. D’après les chercheurs, de tels constats sont inédits, et pourraient avoir d’importantes implications dans la compréhension de la tectonique des plaques.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments