Le rôle des champignons dans la création de notre atmosphère

Sans les plantes, la Terre n’aurait jamais pu développer l’atmosphère respirable qui a permis à la vie animale de se développer. Mais une étude vient de révéler qu’elles ont bénéficié de l’aide indispensable des formes de vie comptant parmi les plus étranges de notre planète : les champignons.

 

Avec l’aide des champignons, les plantes ont contribué à rendre l’atmosphère de notre planète respirable

Quand la Terre s’est formée il y a 4,6 milliards d’années, elle n’avait presque pas d’atmosphère. Cette dernière s’est peu à peu développée lors du refroidissement de notre planète, mais sa forte concentration en sulfure de méthane, d’hydrogène, et de dioxyde de carbone la rendait particulièrement hostile à tout forme de vie. Puis l’eau est apparue sous forme liquide, et les cyanobactéries ont commencé à transformer l’atmosphère de la Terre en une atmosphère riche en oxygène.

Si l’évolution des plantes terrestres a grandement participé à la transformation de notre atmosphère, qui a permis l’émergence de la vie animale il y a 450 millions d’années, une équipe de chercheurs de l’Université de Leeds vient de découvrir que celles-ci avaient été aidées par les champignons. À ce stade, les plantes ne possédaient pas encore de racines, et ce sont donc les champignons qui les alimentaient en phosphore, minéral indispensable à la photosynthèse, qu’ils puisaient dans le sol.

L’indispensable échange phosphore-carbone

Comme l’explique Benjamin Mills, membre de l’équipe de chercheurs responsables de l’étude : « La photosynthèse des plantes est responsable de la moitié de la production d’oxygène sur Terre, et ce processus nécessite un certain apport en phosphore. En étudiant l’interaction entre les champignons et les plantes, nous avons constaté que ces derniers avaient joué un rôle crucial dans la création d’une atmosphère riche en oxygène ».

Les champignons assuraient donc l’apport en minéraux des végétaux, et lors de la photosynthèse, les plantes transformaient le dioxyde de carbone en oxygène, qu’elles transmettaient en retour aux champignons. Un échange de ressources appelé symbiose, qui s’est révélé indispensable à l’apparition de la vie animale sur Terre.


Le caméléon peut lancer sa langue jusqu’à 96 km/heure en un centième de seconde

— @DailyGeekShow