— areeya_ann / Shutterstock.com

Des chercheurs américains ont présenté une nouvelle pilule contraceptive masculine non hormonale, s’étant avérée hautement efficace pour prévenir de façon sûre la grossesse chez la souris.

La molécule YCT529

Dans le cadre de travaux présentés à l’occasion de la conférence American Chemical Society Spring 2022, Abdullah al Noman et ses collègues de l’université du Minnesota ont passé au crible plus d’une centaine de molécules afin d’identifier un candidat médicament ciblant une protéine appelée récepteur de l’acide rétinoïque alpha (RAR-α).

Des recherches antérieures avaient montré que le fait de l’inhiber bloquait les effets de l’acide rétinoïque, dérivé de la vitamine A jouant un rôle important dans le développement cellulaire et la formation des spermatozoïdes.

Le choix de l’équipe s’est porté sur une molécule appelée YCT529, dont des doses quotidiennes ont été administrées à des souris mâles pendant quatre semaines. Celles-ci ont entraîné une diminution du nombre de leurs spermatozoïdes suffisante pour prévenir la grossesse dans 99 % des cas, tandis qu’aucun effet secondaire notable n’a été mis en évidence. Quatre à six semaines après l’arrêt du traitement, les rongeurs traités ont pu se reproduire à nouveau normalement.

— Egoreichenkov Evgenii / Shutterstock.com

« Lorsque nous sommes allés jusqu’à une dose 100 fois supérieure à la dose efficace, le composé n’a montré aucune toxicité », souligne Al Noman.

Des essais sur l’Homme d’ici la fin de l’année

Les chercheurs américains se sont récemment associés à la société américaine YourChoice Therapeutics, qui démarrera les essais cliniques de la molécule YCT529 plus tard cette année. Une étape cruciale n’ayant jusqu’à présent jamais été franchie par un traitement contraceptif masculin.

« Si Noman et son équipe n’ont observé aucun effet secondaire chez les souris, cela ne garantit pas que le médicament, qui cible une voie complètement nouvelle, sera sûr chez l’homme », rappelle Richard Anderson, de l’université d’Édimbourg.

« Le système de signalisation de la vitamine A jouant un certain nombre de rôles importants dans les systèmes corporels, il me semble intrinsèquement peu probable qu’un composé ayant une telle activité soit exempt d’effets secondaires », conclut-il.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments