ours
— Volodymyr Burdiak / Shutterstock.com

Les ours emblématiques de Sibérie sont confrontés à un nouveau défi : des températures inhabituellement chaudes qui les empêchent d’hiberner. Ce phénomène sans précédent, avec ses implications écologiques et sécuritaires, dresse un tableau inquiétant du changement climatique.

Le vaste paysage sibérien, habituellement enveloppé d’une étreinte glaciale, a été témoin d’un curieux phénomène cet automne. Des ours bruns, réputés pour leur profond sommeil hivernal, ont parcouru la taïga dans un état de demi-sommeil, confus et désorientés. La cause de ce triste phénomène étant les températures inhabituellement chaudes qui perturbent le cycle d’hibernation naturel de ces animaux. En effet, ces ours se sont bien préparés pour leur hibernation, mais ne sont pas encore entrés dans leur état d’hypothermie régulée en raison des conditions environnementales anormalement chaudes.

Notons que, dans des conditions climatiques normales, les ours de Sibérie entrent en hibernation vers la fin du mois d’octobre. En plus d’une hausse d’environ 2 °C des températures locales au mois d’octobre et novembre, la fonte des neiges semble également avoir perturbé l’hibernation des ours, dans la mesure où cela a rendu leur tanière humide et peu attrayante. Fait curieux sur ce phénomène ; il a été constaté que tous les ours qui n’arrivent pas à hiberner sont surtout des mâles adultes. En effet, les femelles et leurs petits sont entrés en hibernation selon le calendrier prévu à cet effet.

Quoi qu’il en soit, les conséquences de ce cycle d’hibernation perturbé sont inquiétantes. Les ours qui n’hibernent pas correctement risquent d’épuiser leurs réserves de graisse, ce qui les rend plus vulnérables à la famine et aux maladies. De plus, leur état de désorientation augmente les chances de rencontres avec des humains, ce qui peut être dangereux. Par ailleurs, comment et pourquoi les animaux hibernent ?

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments