— Mistervlad / Shutterstock.com

Une surprenante découverte a été effectuée dans la ville de Londres. Il s’agit d’un ossement vieux de 5 000 ans. Les experts affirment que cet os daterait de la période néolithique britannique. Une étude plus approfondie de cet os révèle que ce dernier daterait entre 3516 et 3365 avant notre ère. L’os fut découvert lors de l’exploration des rives de la Tamise durant la marée basse. L’os retrouvé est un fémur et sa bonne conservation a permis aux archéologues de dater son origine. Malheureusement, il est difficile de déterminer s’il appartient à une femme ou à un homme.

Un os humain découvert dans la Tamise

Simon Hunt est celui qui a découvert cet ossement, rapporte la BBC. Il affirme l’avoir aperçu sur le lit rocheux de la rivière durant la marée basse. Simon craignait que l’os ait été déposé très récemment, il a donc décidé de le sortir de l’eau et le mettre dans un sac en plastique. Une fois arrivé à son domicile, ce dernier a appelé la police afin qu’elle puisse ouvrir une enquête sur l’endroit où Simon avait découvert l’os. Pendant ce temps, l’os a été envoyé au laboratoire pour diverses analyses.

Les analyses ont révélé qu’il s’agissait d’un os datant de la période néolithique en Grande-Bretagne. C’est durant cette période que la culture britannique s’est formée car, selon l’histoire, l’agriculture s’est développée ainsi que la découverte de la poterie, la création d’outils et même la pratique des traditions funéraires. La période néolithique fut l’ouverture à la civilisation.

L’os est un témoin de cette époque méconnue

Selon les archéologues, le propriétaire de l’os aurait vécu avant la construction des pyramides de Gizeh. Ils estiment aussi que la personne mesurait entre 1,5 et 2 mètres. Malgré sa conservation, ni le sexe ni l’âge exact de la personne n’ont été déterminés. L’os n’est pas le premier objet découvert dans la Tamise, car des chercheurs ont déjà déterré de nombreux artefacts historiques sur ces rives. Ils affirment que la boue constitue un excellent environnement de conservation, car la boue a un taux d’oxygène très faible.

Bientôt, l’os sera exposé au musée de Londres, près d’un fragment d’un crâne qui date aussi de la période néolithique, entre 3654 et 3600, et qui a aussi été découvert sur les rives de la Tamise. Mais, pour le moment, Simon Hunt garde l’os parfaitement conservé chez lui.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments