Alexandros Michailidis/Shutterstock

Alors que de nombreux pays du monde ont cru en avoir fini avec la pandémie de Covid-19, on assiste actuellement à une recrudescence du nombre de cas et de décès, notamment en France, en Italie, en Espagne et en Europe, due aux déplacements, aux fêtes et aux vacances. En effet, pas moins de 4 586 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures le vendredi 21 août 2020.

Toutefois, le pays le plus touché par cette pandémie reste les États-Unis, qui accusent 175 245 décès et 5 618 133 cas vendredi dernier, avec 1 067 décès et 47 031 cas supplémentaires enregistrés en seulement 24 heures.

Par ailleurs, outre les dégâts infligés par le Covid-19 au niveau humain, il faut également noter les répercussions dévastatrices de cette pandémie au niveau socio-économique, détruisant des emplois et amenant 100 millions de personnes en plus en dessous du seuil de pauvreté dans le monde, déplore le président de la Banque mondiale David Malpass le jeudi 20 août dernier.

Face à ce tableau noir, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) apporte néanmoins une lueur d’espoir. Le Figaro rapporte le samedi 22 août 2020 que le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré lors d’une conférence de presse donnée le vendredi 21 août :

Nous espérons en terminer avec cette pandémie en moins de deux ans. Surtout si nous pouvons unir nos efforts (…) et en utilisant au maximum les outils disponibles et en espérant que nous pourrons avoir des outils supplémentaires comme les vaccins, je pense que nous pouvons y mettre un terme dans un délai plus court que la grippe espagnole de 1918. Dans notre situation actuelle, (…) le virus a plus de chances de se propager. Mais nous avons l’avantage de disposer de meilleures technologies (…) Et nous savons comment l’arrêter. 

A ce stade, il convient peut-être de demander si la population humaine tiendra bon jusque-là…

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de