Accueil Catégories Technologie

L’utilisation de faisceaux de neutrinos permet d’identifier et de neutraliser les armes nucléaires

Cette méthode pourrait permettre de neutraliser les armes nucléaires discrètement et à distance

armes-nucleaires
— somsak nitimongkolchai / Shutterstock.com

Dans un monde où l’arsenal nucléaire menace constamment la paix et la sécurité globales, une nouvelle approche scientifique propose une solution audacieuse pour neutraliser ces armes de destruction massive. En exploitant les propriétés uniques des neutrinos, des particules subatomiques capables de traverser presque tous les matériaux sans interaction, les chercheurs suggèrent une méthode pour localiser et désarmer les armes nucléaires de manière sûre et inédite.

Les neutrinos, clé de la sécurité nucléaire

Avec environ 12 500 ogives nucléaires dans le monde, la menace d’un hiver nucléaire causé par l’utilisation même d’une centaine de ces armes reste une préoccupation majeure. Une méthode, encore théorique, envisage d’envoyer des particules subatomiques à travers la Terre pour interagir spécifiquement avec les matériaux d’une bombe nucléaire, provoquant une réaction de fission contrôlée qui désactiverait l’arme sans déclencher une explosion destructrice. 

Ce concept a été détaillé dans un article pré-imprimé intitulé Destruction of Nuclear Bombs Using Ultra-High Energy Neutrino Beam (Destruction de bombes nucléaires à l’aide d’un faisceau de neutrinos à ultra-haute énergie), qui souligne le potentiel de ces particules énergétiques pour pénétrer la Terre et interagir de manière ciblée avec les armes nucléaires, permettant potentiellement leur destruction sans alerte préalable.

L’article explore l’idée d’utiliser des neutrinos à une énergie d’environ 1 000 TeV, optimale pour que leur parcours à travers la Terre coïncide avec son diamètre, provoquant une réaction en chaîne contrôlée dans le matériel fissile de l’arme. L’« explosion fizzle » serait contrôlée au moyen du faisceau. Cette interaction déclencherait une réaction en chaîne contrôlée, échauffant l’arme jusqu’à sa désintégration ou déclenchant une explosion minimale, limitée à environ 3 % de la capacité totale de l’arme. L’objectif est d’éviter une détonation complète tout en rendant l’arme inutilisable, une stratégie visant à désarmer sans détruire.

La localisation de la bombe

Bien que l’idée de détruire les bombes nucléaires soit intrigante, il faut d’abord les identifier. L’équipe pense que le défi pourrait être considérablement simplifié si un faisceau de neutrinos de moindre énergie était utilisé en conjonction avec des détecteurs d’explosions nucléaires. En envoyant des faisceaux de neutrinos, les scientifiques envisagent de repérer les matériaux fissiles tels que le plutonium ou l’uranium utilisés dans les armes nucléaires. 

Cette méthode pourrait fonctionner de manière similaire à la tomographie sismique, qui analyse les structures internes de la Terre, mais sans dépendre des tremblements de terre. En utilisant des neutrinos de basse énergie et des détecteurs spécialisés, il serait possible de cartographier l’emplacement des armes nucléaires de manière précise et discrète.

— © Photo courtesy of National Nuclear Security Administration / Nevada Site Office / Wikimedia Commons

Défis et considérations éthiques

Malgré ses promesses, l’application de cette technologie soulève d’importants défis éthiques et techniques. L’article reconnaît que, bien que conçue pour cibler spécifiquement les armes nucléaires, cette méthode pourrait théoriquement être détournée pour attaquer d’autres types d’armes de destruction massive ou même des êtres vivants. Toutefois, les auteurs rassurent en expliquant que la dose de radiation impliquée serait insuffisante pour en faire une arme contre des individus ou des groupes.

La mise en œuvre de cette technologie nécessiterait une coopération internationale sans précédent, ainsi que des investissements considérables. Le coût prohibitif et la complexité de construction d’un tel dispositif impliquent que seul un effort collaboratif entre nations pourrait concrétiser cette vision. 

L’équipe ajoute : « Nous nous opposons fermement à l’inquiétude infondée selon laquelle ce type de dispositif, même dans sa version dégradée, pourrait être utilisé comme arme de destruction massive par certaines organisations irresponsables. Inversement, nous espérons sincèrement que notre proposition inspirera et favorisera le retour de la notion dépassée de ‘gouvernement mondial’ qui a, jusqu’à présent, été rejetée comme étant irréalisable. » Par ailleurs, voici les 9 plus puissantes explosions d’armes nucléaires.

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Messenger
Exit mobile version