— Dmitriy Kandinskiy / Shutterstock.com

La tension monte entre la Russie et l’Allemagne. Une enquête réalisée par le gouvernement allemand a démontré que l’activiste de l’opposition russe avait été empoisonné avec un agent neurotoxique chimique de type Novitchok dans une tentative de l’assassiner. Selon la chancelière allemande Angela Merkel, les preuves sont sans équivoque, et l’Allemagne demande des explications au Kremlin.

Un scandale politique propulsé sur la scène internationale

Alexeï Navalny, le chef de l’opposition russe et éminent critique du Kremlin, a été délibérément empoisonné avec un agent neurotoxique de type Novitchok, a déclaré le gouvernement allemand. À noter que c’est ce même agent neurotoxique qui a été utilisé pour empoisonner l’ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille en 2018. Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a déclaré dans un communiqué que les preuves étaient « sans équivoque » puisque des tests ont été effectués par un laboratoire militaire allemand. Face à cet évènement exceptionnel, la chancelière allemande Angela Merkel s’est exprimée sur l’affaire lors d’une conférence de presse.

« Navalny a été victime d’un crime qui visait à le faire taire », a-t-elle déclaré. Elle a également expliqué que les conclusions soulevaient « des questions très difficiles auxquelles seul le gouvernement russe peut répondre et doit y répondre ». L’Allemagne n’est pas le seul pays européen à condamner cet empoisonnement et à demander des comptes à la Russie. De son côté, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que cette affaire était scandaleuse et a déclaré : « Le gouvernement russe doit maintenant expliquer ce qui est arrivé à M. NavalnyNous travaillerons avec des partenaires internationaux pour garantir que justice soit faite. »

L’affaire a pris une ampleur plus grande encore, dans la mesure où la Maison-Blanche a qualifié l’attaque de « complètement répréhensible ». Si le président Donald Trump ne s’est pas encore personnellement exprimé sur l’empoisonnement, le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden l’a qualifié de « tentative scandaleuse et effrontée contre la vie de M. Navalny ». La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également condamné l’attaque, a rapporté CNN. « Les responsables doivent être traduits en justice », a également déclaré l’Union européenne dans un communiqué.

Des insinuations farouchement contestées par la Russie

De son côté, Moscou a nié avoir été impliqué dans l’empoisonnement d’Alexeï Navalny et a mis en garde les autres pays contre les conclusions hâtives. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de discuter de sanctions contre la Russie et que l’empoisonnement du chef de l’opposition russe n’était avantageux pour personne dans son pays. Par ailleurs, le Kremlin a déploré le fait qu’il n’avait pas été informé des conclusions de l’Allemagne avant son annonce médiatique, a rapporté le média d’État russe Tass. Les autorités russes ont également affirmé que les médecins russes qui avaient soigné Navalny en Sibérie n’avaient trouvé aucune preuve d’empoisonnement avant son transfert en Allemagne.

Pour mieux comprendre l’empoisonnement d’Alexeï Navalny, ce dernier est tombé malade durant un vol entre la Sibérie et Moscou. Il est peu après tombé dans le coma. L’homme de 44 ans a ainsi été emmené dans un hôpital de la ville sibérienne d’Omsk et placé sous respirateur pulmonaire artificiel dans l’unité de soins intensifs. Étant donné la gravité de son état, il a été transporté en Allemagne, à l’hôpital Charité-Universitätsmedizin de Berlin pour y recevoir des soins plus adaptés. Les médecins allemands ont effectué des tests approfondis sur la victime, mais ils ont refusé de commenter l’affaire tant que les résultats n’étaient pas connus.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de