La caméra grand champ 3 de Hubble a capturé des images impressionnantes des deux géantes de glace de notre système solaire, actuellement en période estivale. Ainsi, Neptune est ravagée par un vortex sombre de 11.000 kilomètres de diamètre, tandis que Uranus est recouverte par une tâche blanche et brillante qui domine son hémisphère nord ! La NASA livre ses hypothèses sur le sujet.

 

UN MYSTÉRIEUX VORTEX SOMBRE SUR NEPTUNE

Hubble, le télescope de la NASA lancé en 1990, a capturé de nouvelles images des géantes de glace en septembre et novembre 2018. Comme toujours, les planètes se dévoilent dans leurs teintes bleues vives, dues au méthane atmosphérique. Néanmoins, ces clichés mettent également en évidence d’énormes tempêtes qui dominent les hémisphères Nord des deux planètes. Ainsi, un mystérieux vortex sombre, de 11.000 kilomètres de diamètre, a été capté sur Neptune.

Cette observation n’est pas une première, sur la planète située à 4,35 milliards de kilomètres de la nôtre. En effet, Voyager 2 avait remarqué deux tempêtes en passant devant la géante de glace en 1989. Quant au télescope Hubble, il a déjà capturé les images de trois autres tempêtes sur Neptune, depuis 1993. Les scientifiques ne savent pas ce qui provoque la formation de ces tourbillons sombres sur la géante de glace, mais ils ont une hypothèse.

En effet, ils sont toujours accompagné d’un certains nombre de « nuages compagnons », comme les appelle la NASA, d’un blanc éclatant. S’ils ne sont pas rares sur la planète froide, le nombre de ces nuages semble augmenter significativement juste avant l’apparition du vortex sombre. Ainsi, selon l’agence spatiale américaine, les tourbillons se formeraient dans les profondeurs de la planète, principalement composée d’hydrogène et d’hélium, et ils ne seraient visibles pour Hubble qu’en atteignant des altitudes suffisamment élevées.

NASA

 

UNE ÉNORME TACHE BLANCHE ET BRILLANTE SUR URANUS

La seconde géante de glace, Uranus, située à 2,57 milliards de la Terre, est en plein période estivale, à l’instar de Neptune. Du fait de son inclinaison étrange et de son axe de rotation particulier, son pôle Nord est continuellement exposé au soleil. Et le télescope Hubble a capturé une réaction étrange de la planète à ces rayons solaires constants : elle a développé une épaisse calotte nuageuse, très blanche et très brillante, qui recouvre désormais presque tout son hémisphère Nord !

Ces observations du télescope Hubble font partie du programme OPAL (Outer Planet Atmospheres Legacy) qui suit les changements météorologiques des planètes de notre système solaire, dans le but de mieux comprendre les planètes situées à l’extérieur de la Voie lactée, et notamment leur atmosphère. Ainsi, ces données sont essentielles pour comprendre ces mondes étranges et distants, en quoi ils diffèrent du nôtre… Et peut-être trouver un jour une planète qui ressemble beaucoup à la nôtre !

NASA

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de