puma

LE PUMA ET LE COUGAR

Ces deux mots sont historiquement liés comme le sont les deux espèces. Le mot « puma » est dérivé d’un mot quechua introduit en français par l’intermédiaire de l’espagnol en 1602. Le terme « couguar » est orthographié de diverses manières au cours du XVIIIe siècle. Au Brésil, les Amérindiens Tupi appelaient l’animal « susuarana », déformé ensuite par les Portugais en « cuguacuarana ». Le mot devint au XVIIIe siècle « couguar » sous la plume du naturaliste français Buffon. Les différents noms et expressions utilisés pour désigner le puma reflètent la diversité des langues et des cultures du continent américain.

Les civilisations précolombiennes vénéraient le puma comme un dieu ou un être surnaturel. Pour les Incas, lors des éclipses de soleil, Int, dieu du soleil, était dévoré par un monstre céleste assimilé à un puma. Les pumas étaient vus comme les représentants des dieux de la montagne. Le nom du lac Titicaca signifie le « lac des pumas de pierre ». Les plans de la ville de Cuzco au Pérou auraient été conçus en reprenant la silhouette du félin. Ainsi, les peuples amérindiens le baptisèrent de façons diverses : il était par exemple « cabcoh » pour les Mayas. Les peuples qui occupaient les rives des Grands Lacs pensaient que sa queue attisait les tempêtes et l’appelaient Erielhonan, ce qui signifie « longue queue ».

En français, il existe également de nombreux termes synonymes tels que « tigre rouge », « tigre poltron », « lion d’Amérique », «lion du Chili », « lion des Péruviens ». Il est inscrit au livre Guinness des records en tant qu’animal ayant le plus grand nombre de dénominations, plus de quarante noms différents juste pour l’anglais, probablement grâce à sa large distribution en Amérique.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de